le Snat appelle laborer une stratgie de prvention


Dbute en mai 2022, une mission d’information du Snat atteste aujourd’hui de l’intensification du risque de feux de fort, malgr l’efficacit des moyens franais. Les rapporteurs suggrent d’laborer une vritable stratgie de prvention.

La « guerre contre le feu » ne sera gagne qu’au prix d’un effort impliquant toutes les politiques publiques et faisant une plus large part la prvention, affirment les snateurs des commissions des affaires conomiques ainsi que de l’amnagement du territoire et du dveloppement durable. Le 3 aot, ces derniers ont rendu un rapport d’information sur l’intensification du risque de feux de fort en France. L’efficacit de la stratgie de lutte qui a fait de la France un modle partout en Europe et dans le monde ne suffira pas face l’mergence de feux hors norme.

Ce travail a commenc en mai 2022 et a assist aux mga-feux en Gironde, responsables d’un triste record. Selon les chiffres du Systme europen d’information sur les feux de fort (Effis), plus de 47 000 hectares de vgtation ont t brls en sept mois. C’est plus qu’une anne entire depuis le dbut des relevs de l’Effis en 2006 (mais encore relativement loin des estimations historiques de l’anne 1976). Et en croire les projections rapportes par les snateurs, les chiffres de l’anne 2022 ne seront pas isols. D’ici 2050, prs de la moiti des landes et forts de l’Hexagone seraient concernes par un risque incendie lev (contre un tiers en 2021). Et les surfaces brles en rgion mditerranenne pourraient augmenter de 80%, transformant progressivement les bois en maquis.

Meilleure gestion pour une meilleure prvention ?

 

Un nouvel outil d’valuation du risque incendie en Europe
Le 5 aot, la Commission europenne s’est dote d’un nouvel outil numrique d’valuation des risques d’incendie de fort: l’Effis Wildfire Risk Viewer. S’appuyant sur des donnes compiles depuis les vingt dernires annes, il donne facilement un aperu des risques (bas, moyen ou haut) structurels actuels, favorisant potentiellement les feux de fort. Il apporte une rponse l’emploi de diffrentes mthodes d’valuation des incendies utilises pour diffrents territoires, ce qui peut constituer un obstacle l’valuation des risques dans certaines rgions, en particulier dans celles o les incendies transfrontaliers affectent plusieurs pays simultanment, souligne la Commission.

 

Pour enrayer cette tendance, les rapporteurs suggrent de se concentrer sur plusieurs leviers prventifs. Cela passe, d’une part, par une meilleure gestion forestire, en particulier s’agissant de l’entretien des forts prives, et une plus forte rgulation de l’interface entre les forts et les zones urbaines, notamment en encadrant davantage les obligations lgales de dbroussaillement (OLD). Les snateurs recommandent, d’autre part, un reboisement davantage financ (50 millions d’euros seront ncessaires au reboisement des forts prives de Landiras et de La Teste-de-Buch) et aiguill vers le choix d’essences rsilientes aux incendies. Cet effort prventif, largement accru, ne dispense pas d’accrotre les moyens de lutte : renforcement des moyens ariens (avions et hlicoptres), accroissement du soutien de l’tat aux services dpartementaux d’intervention et de secours (SDIS), hausse du nombre de sapeurs-pompiers volontaires, etc, martlent par ailleurs les rapporteurs, en cho aux 500 suppressions de postes de l’Office national des forts (ONF) prvues d’ici 2025.

L’ensemble de ces recommandations lgislatives devrait tre pris en compte dans l’laboration d’une stratgie nationale interministrielle de prvention et de scurit relative aux feux de fort. Cette dernire est voue tre traduite dans une proposition de loi ds la rentre parlementaire, en octobre prochain,  (une fois) enrichie par les retours d’exprience des incendies de l’t 2022.







Article publi le 05 aot 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*