Le plus grand port fluvial de France touch par le flau du Myriophylle


Cauchemar aquatique qui a envahi les canaux de nombreux dpartements, le Myriophylle htrophylle est devenu incontrlable.
Dans le port de Saint-Jean-de-Losne sur les rives de la Sane, diffrentes techniques de lutte sont actuellement exprimentes.

Originaire d’Amrique du Nord, cette plante exotique vendue comme dcoration d’aquarium s’est un jour retrouve dans un cours d’eau Et c’est l que les problmes ont commenc. Le Myriophylle htrophylle se reproduit par bouturage. Un seul fragment d’un centimtre est capable de former des racines et de venir se rimplanter dans un milieu vierge, prcise Karine Pascal, responsable du bureau environnement aux Voies navigables de France (VNF).

Une fois la plante repre en 2017 Saint-Jean-de-Losne (Cte-d’Or) dans le plus grand port fluvial de France, des oprations de coupe sont rapidement entreprises. Mais rien n’y fait, la plante colonise tout Elle peut pousser de 30 centimtres par semaine. Consquence: un impact massif sur la biodiversit mais aussi sur les activits humaines. Notamment le tourisme fluvial, qui reprsente plus d’un milliard d’euros de retombes conomiques pour le territoire.

Pour lutter contre le dveloppement exponentiel de cette espce invasive exotique, quatre mthodes sont l’essai dans le port: l’ensemencement de bactries rentrant en concurrence avec la plante, la diffusion d’un colorant naturel qui inhibe la photosynthse des plantes en entravant les rayons du soleil; des remous qui mettent en mouvement l’eau stagnante et perturbent l’implantation du Myriophylle; et des rideaux de bulles l’entre du port qui empchent les changes avec la Sane.

Ces diffrentes techniques viennent chacune agir sur un facteur qui favorise le dveloppement de la plante. On essaye de comprendre quelles sont les techniques qui fonctionnent ensemble, et s’il faut privilgier une technique plutt qu’une autre ou en associer plusieurs, souligne Karine Pascal.

Les rsultats de l’exprimentation seront dvoils dbut 2023. En parallle, un partenariat avec l’universit de Lorraine a t mis en place pour tenter de cerner le comportement de la plante. Une urgence car d’aprs les derniers relevs, le Myriophylle a t observe sur les bords de la Sane alors qu’il ne poussait jusqu’ prsent que dans des eaux stagnantes du port, preuve de son effrayante capacit d’adaptation.



Article publi le 05 aot 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*