le Snat soutient la construction d’au moins 14 EPR d’ici 2050


Une mission d’information de la Commission des affaires conomiques du Snat juge insuffisante la proposition d’Emmanuel Macron de construire 6 14 nouveaux racteurs nuclaires, en s’appuyant sur certains pans du rapport 2050 de RTE.

Selon une mission d’information de la Commission des affaires conomiques du Snat, la construction de six quatorze nouveaux racteurs nuclaires, propose par Emmanuel Macron, Belfort, en fvrier dernier, n’est ni suffisamment ambitieuse, ni suffisamment suivie d’effet. Les conclusions, prsentes le 19 juillet par les rapporteurs, encouragent mme le prsident de la Rpublique miser imprativement sur les 14 tranches de type EPR2, si ce n’est plus, ainsi que sur des petits racteurs modulaires (SMR). Et de l’acter le plus rapidement possible dans la lgislation, savoir dans la prochaine loi quinquennale de programmation nergie-climat (LPEC), dbut2023.

Viser jusqu’ 23EPR2 en 2050

Autrement dit, nous prconisons donc d’acter rapidement le scnario « N03 » de RTE, qui permet de maintenir au moins 50% d’nergie nuclaire l’horizon2050, dclare Daniel Gremillet (LR), corapporteur.Pour nous, c’est un minimum !  Pour rappel, ce scnario fait partie des six mix nergtiques prospectifs formuls par le gestionnaire du rseau lectrique dans son rapport Futurs nergtiques 2050. Il repose sur une relance du nuclaire, avec 14nouveaux EPR2 et la prolongation des racteurs actuels au-del des soixante ans d’activit.

 

Nous prconisons donc d’acter rapidement le scnario « N03 » de RTE, qui permet de maintenir au moins 50 % d’nergie nuclaire l’horizon 2050
 

Daniel Gremillet (LR), corapporteur

 

Si, cependant, cette prolongation demeure inenvisageable sur le plan de la sret et si la rindustrialisation de la France s’accentue, entranant avec elle une augmentation consquente de la consommation d’lectricit, la commission recommanded’aller encore plus loin: construire 3 9EPR2 supplmentaires, soit jusqu’ 23 au total d’ici 2050. La construction ventuelle de ces autres racteurs mrite d’tre tudie d’ici la loi quinquennale, avance la commission.

grce l’hydrogne?

Il est nanmoins noter que les hypothses de RTE, dont se rclament les conclusions de la mission d’information, ne retiennent cette option que sous deux conditions. La premire, dans le cas d’une rindustrialisation profonde, se prsenterait en substitution d’un dveloppement massif des nergies renouvelables, notamment du solaire photovoltaque ce sur quoi, le discours de Belfort d’Emmanuel Macron pariait galement. La seconde adviendrait en suivant un scnario de production totalement nationale de l’hydrogne consomm en France, ncessitant,entre autres, un nombre effectivement plus important de racteurs nuclaires.

Et c’est sur quoi insistent les snateurs. Selon eux, il est indispensable de saisir l’occasion de la relance du nuclaire pour promouvoir l’hydrogne bas carbone, aux cts de celui renouvelable. cette fin, il faut faire fonctionner les lectrolyseurs basse temprature partir du rseau, court terme, et dvelopper des lectrolyseurs haute temprature pour coupler la production avec celle d’hydrogne, long terme. Les experts de RTE ne sont nanmoins pas aussi ambitieux et catgoriques que les rapporteurs de la Commission des affaires conomiques. Dans leur rapport, ils soulignent que l’ventualit de construire une dizaine de racteurs supplmentaires d’ici 2050 n’avait pas t reprise par les acteurs industriels, qui estimaient difficilement envisageable d’atteindre un tel rythme , au regard de la capacit industrielle de construction des racteurs en France.





Article publi le 22 juillet 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*