Plus de 200 sites Seveso directement menacs par des feux de fort en 2050


La multiplication des feux de fort du fait des changements climatiques va-t-elle augmenter les risques pour les tablissements Seveso? Oui, rpond la start-up Callendar, spcialise dans l’valuation des risques climatiques, travers une tude dvoile ce mardi 19juillet.

Cette tude tablit, partir de donnes satellitaires, que 316sites Seveso, sur les 1247 que compte la France mtropolitaine, sont actuellement menacs en cas d’incendie de la fort se trouvant leur proximit immdiate. Mais, dans les annes2000, la majorit de ces installations n’taient que rarement exposes des mtos favorables aux incendies. Les choses vont changer avec l’volution du climat, projette la jeune pousse. En 2050, dans un scnario d’missions de gaz effet de serre mdian, les trois quarts de ces sites, soit 237tablissements, seront exposs un risque d’incendie lev, au moins dix jours par an. Soit une augmentation de 50% du risque incendie proximit de ces installations entre 2000 et 2050.

   

Nombre d’installations exposes un risque lev plus de dix jours par an en 2050.
© Callendar

 

   

Callendar a galement tudi l’volution de la rpartition gographique de ces risques. Ils vont crotre sur tout le territoire franais, mais pas de faon homogne. La Provence et la valle du Rhne devraient rester les rgions les plus exposes, mais l’augmentation du risque sera la plus significative dans le Sud-Ouest (+70% en Aveyron, +64% dans les Charentes) et dans le centre de la France (+85% dans le Cantal). Le risque devient significatif dans des rgions o il tait historiquement trs faible. C’est en particulier le cas autour de Paris , projette l’tude. Ainsi, la Seine-et-Marne devrait compter onze tablissements Seveso exposs un risque d’incendie lev au moins dix jours par an. Et devenir ainsi le troisime dpartement franais le plus expos aprs l’Isre () et les Bouches-du-Rhne.

Afin de limiter le risque d’accident industriel, l’aggravation des feux de fort ou leur apparition autour de sites jusque-l pargns doivent tre anticipes par les exploitants, les services de secours et l’tat, en particulier avec la mise en place d’actions de prvention, l’adaptation des plans d’urgence et le dimensionnement des moyens de secours , avertissent les auteurs de l’tude. Ceux-ci prconisent galement de prendre en compte ds maintenant les feux de fort dans l’implantation des nouvelles installations et dans les investissements des sites existants.







Article publi le 19 juillet 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*