les projets territoriaux se dessinent


Parmi les plus exposs au changement climatique, le bassin Adour-Garonne s’est dot d’une stratgie pour scuriser son accs l’eau l’horizon 2050, avec une dclinaison dans les six territoires qui le composent. Point sur l’avancement de la dmarche.

Le second pas est ralis dans l’objectif du bassin Adour-Garonne de scuriser l’accs l’eau l’horizon 2050: les contours des projets territoriaux, dclinaisons locales des grandes orientations de sa stratgie pour rduire le dficit, sont dsormais esquisss. Les enjeux sont consquents pour le bassin, car il devrait compter parmi les plus exposs au changement climatique : le dficit dans les rivires en tiage devrait atteindre 1,2milliard de mtres cubes en 2050.

Le comit de bassin a donc dfini une stratgie en quatre axes et mandat les tablissements publics territoriaux de bassin (EPTB) des six territoires pour qu’ils laborent des plans oprationnels d’investissement territorialiss.  Chaque prsident d’EPTB nous a rendu sa copie, indique Guillaume Choisy, directeur de l’agence de l’eau Adour-Garonne. Mais tous les projets ne sont pas arrivs la mme maturation sur un mme territoire: pour certains, les travaux plus longs ne sont pas encore chiffrs. D’ici la fin de l’anne, nous affinerons le calendrier oprationnel. Nous avons dj toute la matire pour le faire. Des stratgies d’investissement ont t dtermines avec, parfois, des projets de territoire pour la gestion de l’eau (PTGE) finaliser et mettre en uvre.

Des PTGE pour mobiliser

 

L’objectif est d’atteindre, en 2027, 88 PTGE mis en uvre sur le bassin
 

Guillaume Choisy, agence de l’eau Adour-Garonne

 

Un des axes de la stratgie compte en effet sur la mise en uvre de PTGE pour mobiliser des actions comme la cration de retenues ou la scurisation du remplissage des ouvrages existants, l’utilisation de solutions fondes sur la nature ou encore l’agrocologie.  Une quarantaine sont en cours peu sont entirement finaliss, 35 autres devraient tre lancs. L’objectif est d’atteindre, en 2027, 88PTGE mis en uvre sur le bassin, prcise Guillaume Choisy. L’ide est de s’appuyer pour cela sur les schmas d’amnagement et de gestion des eaux (Sage). 

Concernant l’agrocologie, la filire agricole a t mobilise pour l’laboration d’un pacte d’engagement pour une transition agrocologique sur le Grand Sud-Ouest pour 2022 2027. Si ce dernier n’a pas encore t sign, il est dsormais adopt l’unanimit des membres. Le pacte vise une inversion de la courbe et, qu’en 2030, nous observions une baisse des pesticides dans les eaux, y compris souterraines, souligne Guillaume Choisy. Nous sommes partis des capacits d’volution des coopratives et des acteurs conomiques vers les objectifs du Sdage. Nous ne fixons pas d’objectifs chiffrs dans le pacte, car nous ne pouvons pas les quantifier de la mme faon pour tous les territoires: tous les sols ne vont pas ragir de la mme faon. Par exemple, dans les Landes, les sols sont ractifs et nous pouvons esprer rduire la pollution en trois quatre ans. 

Selon le directeur de l’agence de l’eau, prs de 40% du bassin sont plus particulirement touchs par cette question (notamment par des pollutions lis aux herbicides et aux nitrates) pour ses eaux de surface et 35 % pour les eaux souterraines. Un travail sur l’rosion est galement men: mettre plus de couverts vgtaux, mieux curer les retenues pour amliorer durablement la gestion quantitative, note Guillaume Choisy. Nous disposons d’un vrai panel de solutions. Nous ne sommes plus les agriculteurs non plus dans la stratgie de dire, il faut stocker l’eau. Nous avons dpass cet enjeu et nous visons une multitude de solutions pour un multi-usage. 

36 territoires intresss par la Reut

La stratgie vise galement un recours des ressources alternatives, comme la rutilisation des eaux uses traites ou des eaux pluviales. Trente-six territoires ont des projets bien identifis de rutilisation des eaux uses traites et, dans les bassins en dficit quantitatif sur le littoral, la rflexion est quasiment gnralise, pointe Guillaume Choisy. La majorit des projets prvoient une phase sur des sujets plutt urbains ou infra-urbains, comme le lavage de voirie, l’arrosage des jardins publics, mais gnralement ils largissent rapidement vers une phase d’irrigation agricole, qui reprsente les plus gros volumes. Certains acteurs veulent alimenter les chasses d’eau dans les coquartiers, mais cela reste un peu compliqucar il subsiste des blocages sanitaires. 

Parmi les pistes galement empruntes figurent aussi l’optimisation de la gestion des canaux (notamment le canal latral de la Garonne ou celui de Saint-Martory), la recharge de nappes souterraines avant l’tiage, la restauration de zones humides ou encore le recours des retenues inutilises. Nous avons recens ces retenues inutilises avec leurs potentiels, leurs volumes d’eau L’ide, c’est de pouvoir les reconnecter au milieu pour leur donner un nouvel usage, soit de ralimentation des rivires en tiage, soit de les utiliser pour des agriculteurs situs proximit sans augmenter les volumes par rapport la mobilisation actuelle , expose Guillaume Choisy.

La stratgie estimait qu’il serait aussi possible de mobiliser 80millions de mtres cubes grce des gravires. Un certain nombre de gravires qui reprsentent environ une trentaine de million de mtres cubes- sont dconnectes des milieux: nous pourrons aller trs vite pour exploiter ces ressources, indique Guillaume Choisy. En revanche, d’autres gravires situes notamment le long de la Garonne demandent encore des tudes approfondies, en cours, car une gravire connecte avec le lit de la rivire ou avec la nappe peut entraner le vidage de la ressource. 

Une mobilisation accrue des retenues hydrolectriques

La stratgie s’appuie galement sur les travaux du rapport LeCoz pour augmenter la mobilisation des retenues hydrolectriques pour un soutien d’tiage. Sur l’Arige et l’Aveyron, nous avons lanc des tudes pour mettre en place des transferts d’eau afin de disposer de retenues pleines en sortie d’hiver , explique Guillaume Choisy.

Par ailleurs, pour maintenir la flexibilit de la production lectrique, des stations de transfert d’nergie par pompage (Step) devront galement tre dployes. Des tudes sont aussi lances.

Point sensible toutefois, l’ensemble va impliquer un changement du modle conomique de la gestion de l’eau. Les lchers pour le soutien d’tiage lors d’pisodes de scheresse font dj l’objet de compensations financires verses aux gestionnaires d’ouvrages hydrolectriques. Aujourd’hui, leur manque gagner est compens hauteur d’environ 4 millions d’euros par an. Ces cots sont couverts pour moiti par l’agence de l’eau, le reste par les collectivits. Mais la plus grande mobilisation des barrages et les investissements associs vont demander de revoir les quilibres financiers. Des travaux sont aujourd’hui en cours et de premires pistes de rponse pourraient tre apportes, dbut 2023.

Les dbits d’objectifs d’tiage feront l’objet d’une autre rflexion sensible: le rapport Le Coz estime en effet que, dans les territoires pyrnens, quelle que soit la mobilisation des retenues hydrolectriques, ils ne pourront tre maintenus. Pour l’instant, ce n’est pas d’actualit, notre objectif est de mettre en uvre des actions pour scuriser la ressource. Mais face au changement climatique, nous savons qu’il faudra mener une rflexion sur les dbits d’objectifs d’tiage et dfinir une mthode pour les rviser, estime Guillaume Choisy. Nous regardons cette question dans un cadre national et lors de la concertation pour les schmas directeur d’amnagement et gestion de l’eau (Sdage).

La prochaine tape de la stratgie du bassin Adour-Garonne repose dsormais sur le lancement et le financement de l’ensemble des projets. Notre enjeu pour la fin de l’anne avec l’ensemble des collectivits est de flcher des moyens. Certains territoires demandent beaucoup d’investissements qu’il va falloir hirarchiser de manire apporter un gain maximum ds les dbuts de la dmarche, considre Guillaume Choisy. Dans la situation dans laquelle nous sommes, nous ne pouvons pas courir aprs les problmes quantitatifs. 











Article publi le 18 juillet 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*