comment faire bon usage des micro-capteurs


L’Agence nationale de scurit sanitaire affirme que les micro-capteurs ne sont pas comparables aux stations de mesure de la qualit de l’air des associations agres. Le potentiel de ces dispositifs gagne cependant du terrain.

Depuis2020, arer suffisamment les espaces clos est devenu une ncessit pour lutter contre la propagation du virus de la Covid-19. Pour s’assurer de l’efficacit des arations, de nombreux tablissements publics, scolaires ou commerciaux se sont quips de micro-capteurs, mesurant en quasi-temps rel la concentration en dioxyde de carbone (CO2), tmoin du niveau de confinement des pices. Nanmoins, ces dispositifs ne se limitentni la qualit de l’air intrieur ni la mesure de ce seul polluant. Certains peuvent estimer la concentration en particules fines (PM10, PM2,5 ou PM1), en monoxyde de carbone (CO) ou en composs organiques volatils (COV), comme le formaldhyde.

L’Agence nationale de scurit sanitaire et alimentaire (Anses) a ainsi t saisie pour connatre l’intrt de leur utilisation pour un suivi plus large de la qualit de l’air, intrieur ou extrieur. Les avantages et inconvnients retenus dans son avis et son rapport, publis le 1er juillet dernier, ne font pas l’unanimit.

Les limites discutes d’un march mergent

L’Anses diffrencie trs clairement les micro-capteurs (ou systmes capteurs) des stations de mesure gres par les associations agres de surveillance de la qualit de l’air (Aasqa). Selon elle, non seulement ces dispositifs ne mesurent le plus souvent qu’un seul polluant, n’offrant qu’une vision partielle de la qualit de l’air que l’on respire, mais leurs mesures sont galement en dcalage trs net avec les interprtations sanitaires qui pourraient en dcouler.

Les micro-capteurs (et les applications tlphoniques qui, parfois, les accompagnent) sont conus de telle sorte afficher, ou du moins enregistrer, des variations de concentrations un instant t dans un lieu donn. Les stations de mesure agres, elles, sont employes dans le cadre de campagnes journalires, mensuelles ou annuelles un niveau populationnel, en cohrence avec les valeurs guides dfinies par l’Organisation mondiale de la sant (OMS). De ce fait, ces valeurs guides ne sont pas utilisables pour interprter des concentrations ponctuelles mesures par les systmes capteurs, affirme l’Anses dans son rapport. Autrement dit, les donnes obtenues via ces outils doivent tre correctement interprtes: elles ne traduisent pas un risque ventuel pour la sant de l’individu, mais bien des niveaux d’exposition certains polluants prsents dans l’air, prcise Emmanuelle Durand, l’une des coordinatrices de cette expertise pour l’Anses, soulignant notamment que le CO2 ne peut tre qu’un indicateur du confinement et non de la qualit de l’air intrieur.

 

Disposer de micro-capteurs offre la possibilit d’alerter d’un dpassement significatif d’un seuil maximal de concentration d’un polluant
 

Jean-Gabriel Winkler, Fimea

 

Jean-Gabriel Winkler, cofondateur de Pando2, une jeune pousse spcialise dans l’installation et l’analyse de donnes de micro-capteurs, et prsident de la Fdration interprofessionnelle des mtiers de l’environnement atmosphrique (Fimea), ne partage pas exactement cet avis. Disposer de micro-capteurs offre la possibilit d’alerter d’un dpassement significatif d’un seuil maximal de concentration d’un polluant comme le CO ou les particules fines, puis d’agir rapidement en consquence. Pour l’intress, dont la socit a particip avec l’agence Airparif au projet Arons de dploiement de 550 micro-capteurs de CO2 dans les coles et crches de la Ville de Paris, l’an dernier, le march des micro-capteurs rattrape aujourd’hui la rglementation. Les autorits doivent poser un cadre normatif propre la mtrologie des micro-capteurs, mettre la rglementation niveau et ainsi permettre une complmentarit avec les mesures traditionnelles des stations agres en extrieur.

Un complment aux stations de mesure agres?

Cette complmentarit croissante n’chappe justement pas l’Anses. Les micro-capteurs ont, en effet, l’avantage d’engranger un trs grand nombre de donnes en peu de temps, sur une varit plus ou moins large de polluants distincts et de pouvoir tre installs sur une structure fixe ou mobile, en intrieur comme en extrieur. Nous passons environ 80 90% de notre temps dans un milieu clos, espace dont la qualit de l’air n’est pas prise en compte par les stations des Aasqa, souligne Jean-Gabriel Winkler. Par ailleurs, en moyenne, un facteur 10 spare leur cot de celui d’quipements ncessaires aux stations de mesure standards, plus onreux.

Cela tant, ces avantages ne compensent pas le principal dfaut de la majorit des micro-capteurs prsents sur le march: la fiabilit des mesures. Celle-ci dpend beaucoup du polluant, atteste Pierre Pernot, directeur communication d’Airparif et ancien coordinateur d’AirLab. Ce centre de recherche et d’innovation de l’Aasqa francilienne value gratuitement, tous les deux ans, l’efficacit d’un certain nombre de nouveaux dispositifs dans l’environnement. Le CO2 est la mesure la plus fiable, mais si la technologie progresse, elle n’est pas encore aussi fiable que les mesures de rfrence. De plus, les micro-capteurs ne sont pas autosuffisants: une donne de bonne qualit demande un traitement, qui est impossible en temps rel.

En somme, les micro-capteurs gagnent du terrain, notamment celui de la qualit de l’air intrieur, mais ne peuvent pasremplacer les mesures rglementaires. Pour l’Anses, ces dispositifs ne peuvent tre considrs l’heure actuelle que comme des outils de sensibilisation permettant uniquement [aux utilisateurs privs] de comparer de faon relative et qualitative des niveaux de concentration auxquels ils sont exposs, ou d’identifier d’ventuelles sources de pollution et agir en consquence pour diminuer leur exposition ou d’une opportunit au montage d’exprimentations et d’actions en recherches et sciences participatives dans le domaine de la sant environnementale sur un territoire donn, afin d’amliorer la production de connaissances [en expologie].








Article publi le 08 juillet 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*