les premiers tests du projet Jourdain dmarreront en 2024


l’occasion de l’anniversaire du lancement de la construction de l’unit d’affinage du projet Jourdain de rutilisation des eaux uses pures, le syndicat Vende eau revient sur l’avancement de l’exprimentation, et surtout de son financement.

Une premire grande tape va s’achever pour le projet Jourdain de rutilisation des eaux usestraites (Reut), en Vende. Un an aprs la signature du contrat qui lanait la construction de l’unit d’affinage, lment clef du dispositif, le chantier est dsormais bien avanc, avec la construction des ouvrages enterrs et des dalles ainsi que la mise en place des cuves extrieures prvues cet t.

La rutilisation des eaux uses pures fait, en effet, partie du panel de solutions envisages pour scuriser l’approvisionnement en eau potable en Vende, dans un contexte de tension grandissante sur la ressource. Car, malgr les campagnes d’conomies d’eau, de lutte contre les fuites dans les canalisations, les travaux d’interconnexions et de recherche de nouveaux captages, oul’utilisation de carrires comme retenues, des marges complmentaires sont ncessaires pour trouver 450 000 m3 d’eau supplmentaires. Le syndicat a donc souhait tester l’utilisation des eaux uses traites pour soutenir une ressource naturelle superficielle (la retenue du Jaunay) utilise pour la production d’eau potable.

L’ide est qu’une partie du flux d’eausortant de la station d’puration des Sables-d’Olonne bnficie d’un traitement complmentairedans la station d’affinage avant d’tre rejete dans une zone vgtalise en amont du lac de Jaunay. L’eau qui sort de l’unit de traitement est presquedminralise.Son temps de sjour assez long dans la canalisation de 25 kmrisque de la rendrepas trs oxygne, explique Julien Orsoni, charg de mission prospective Reut pour Vende eau. La zone vgtalise, avec des petites cascadeset un parcours dans des ruisseaux reconstitus dans une zone humide, va lui redonner un caractre plus proche de la qualit de l’eau du lac: roxygn et reminralis. 

Un chantier prvu jusqu’ mi-2024

 

Nous disposerons de trois annes d’valuation, de campagne d’analyses, de concertation avec la population pour statuer sur l’innocuit d’une telle solution
 

 

Aprsl’installation des cuves extrieures, cet t, dbutera, l’automne, la construction du btiment, puis celle des quipements ncessaires au traitement et du poste de pompage jusqu’ l’t2023. Une fois l’unit de traitement termine, elle fonctionnera durant un an avec un rejet en mer: nous vrifierons ainsi les performances de la filire de traitement et la qualit de l’eau rejete en prenant notamment en compte les conditionsvariant selon les saisons, indique Julien Orsoni. Durant cette phase, nous poursuivrons la construction des installations avec celle de la canalisation de transfert et la zone vgtalise.  Ensuite, partir de septembre2024, l’installation fonctionnera en conditions normales, avec rejet dans la retenue du Jaunay. Nous disposerons de trois annes d’valuation, de campagne d’analyses, de concertation avec la population pour statuer sur l’innocuit d’une telle solution , prcise Julien Orsoni.

Des mesures seront ralises la fois dans le lac, en entre et sortie de la canalisation, mais galement dans l’usine d’eau potable.

Trois millions d’euros accords par l’agence de l’eau Loire-Bretagne

Ce rendez-vous anniversaire est galement l’occasion d’une annonce de l’agence de l’eau Loire-Bretagne: elle continuera l’accompagnement financier du projet dans sa seconde partie avec une enveloppe de trois millions d’euros. L’agence de l’eau aura fait au global un accompagnement de plus de sept millions d’euros, condition que nous obtenions toutes les autorisations, note Julien Orsoni. Mais c’est une annonce forte de sa part pour la poursuite de l’accompagnement financier du programme. Je pense que cela va donner une impulsion pour les autres financeurs.

Car jusqu’ prsent, les garanties de financement pour la seconde phase du projet n’taient pas acquises. Deux options taient toutefois sur la table, avec une hypothse de financement haute de la seconde tranche, 65% (comme pour la premire), et une autre basse, 50%. Nous sommes entre les deux options. Nous allonsboucler le tour de table avec les autres financeurs potentiels, la Rgion Pays de la Loire, le Dpartement de la Vende, le fonds europen Feader, souligne Julien Orsoni. Les lus de Vende eau ont dlibr, le mois dernier, pour acter la poursuite du projet selon ces hypothses de financement. 

La fin de cette seconde phase s’achvera par un bilan et un retour d’exprience auprs de diffrents acteurs pour arbitrer sur la poursuite ou non de cette solution. Et d’augmenter son chelle. Le dmonstrateur est conu pour utiliser 25% du dbit disponible de la station d’puration, soit 150m3/h. Si les autorits nous le permettent, nous utiliserons la totalit du dbit, dtaille Julien Orsoni. Il faudra alors agrandirl’unit de traitement etla zone vgtalise. Pour la canalisation, en revanche, le diamtre est prvu en consquence.



Article publi le 06 juillet 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*