La BCE va intgrer la lutte et les risques du changement climatique sa politique montaire


La Banque centrale europenne (BCE) va dsormais prendre le climat en compte dans l’ensemble de ses actions. Le 4juillet, dans une lettre adresse la prsidente de la commission des affaires conomiques et montaires (Econ) du Parlement europen, Christine Lagarde, prsidente de la BCE, dtaille un train de mesures visant considrer le changement climatique au sein de la politique montaire de l’Eurosystme.  Ces mesures ont pour but de rduire le risque financier li au changement climatique dans le bilan de l’Eurosystme, favoriser la transparence et soutenir la transition cologique de l’conomie, dclare la BCE. Les mesures seront rgulirement rexamines afin de vrifier leur pertinence et leur alignement sur les objectifs de l’Accord de Paris et les objectifs de neutralit climatique de l’Union europenne.

Pour cela, la BCE s’attaque trois volets: les obligations d’entreprise, les garanties fournies par les institutions financires emprunteuses et sa politique d’valuation des investissements. En premier lieu, la BCE et les banques centrales nationales ambitionnent de rorienter son portefeuille d’obligations vers des entreprises dotes de bons rsultats climatiques, en conformit avec les objectifs de l’Accord de Paris. Cet effet de bascule, aux dpens des entreprises les plus polluantes, s’effectuera partir du mois d’octobre prochain. Nos mesures incitent les entreprises et les tablissements financiers faire preuve de davantage de transparence en ce qui concerne leurs missions de carbone, et les rduire, souligne la BCE.

Cette dernire veut, en outre, limiter la part des entreprises ayant une empreinte carbone leve dont elle dtient des garanties. Concrtement, ds2026, la BCE et les banques centrales n’accepteront de garanties que si elles proviennent de socits respectant les rgles de la directive europenne sur la durabilit des entreprises (CSRD).  Ce nouveau rgime de limites vise rduire les risques financiers lis au climat dans les oprations de crdit de l’Eurosystme, explique la BCE. S’agissant justement des risques, les banques centrales nationales devront s’appuyer, ds la fin de2024, sur un ensemble de normes minimales communes prcisant les modalits d’intgration des risques lis au climat dans les notations produites par les systmes internes d’valuation du crdit.



Article publi le 06 juillet 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*