Le Conseil valide l’interdiction de vente de vhicules lgers neufs moteur thermique en 2035


Les 27 tats membres de l’Union europenne (UE) se sont entendus sur l’interdiction des moteurs thermiques en 2035. Cet accord, trouv dans le cadre du Conseil environnement tenu dans la nuit du 28 au 29juin, fait suite au vote de cette mme mesure par le Parlement europen, le 8juin. Le Conseil et le Parlement doivent dsormais s’accorder pour permettre l’adoption dfinitive de la rvision du rglement de 2019 tablissant des normes de performance en matire d’missions de CO2 pour les voitures particulires et les vhicules utilitaires lgers neufs. Un accord est envisag l’automne.

Le Rseau Action Climat (RAC) et Transport & Environnement (T&E) saluent, tous deux, dans des communiqus distincts, une dcision historique. Le RAC dplore toutefois l’opposition de la France, de l’Italie et [les] divisions internes dans la coalition allemande.

Concrtement, le Conseil a valid un relvement des objectifs de rduction des missions de CO2 des vhicules lgers neufs: une baisse de 55% pour les voitures et de 50% pour les camionnettes, d’ici 2030, et une baisse de 100%, d’ici 2035, pour les deux types de vhicules. Dans les faits, le second objectif revient interdire la vente de vhicules essence, diesel et hybrides neufs en 2035.

Rvaluer l’objectif en 2026

Toutefois, les tats membres laissent un lger espoir aux constructeurs, qui s’opposent la mesure et dfendent des motorisations alternatives aux vhicules lectriques. L’accord prvoit que la Commission europenne value, en 2026, les progrs raliss vers l’objectif de rduction zro des missions de CO2. Elle valuera aussi le besoin de rexaminer ces objectifs en tenant compte des dveloppements technologiques.

Le Conseil considre que deux points pourraient permettre de rviser l’objectif. Le premier est le dveloppement des technologies hybrides rechargeables bases sur des carburants alternatifs. De son ct, l’ONG T&E appelle les eurodputs fermer toute possibilit d’chappatoire pour les carburants synthtiques. Le second est la crainte que la transition conomique entrane par l’abandon des motorisations thermiques ne soit pas viable et socialement quitable.

Le Conseil dfend aussi l’abandon du mcanisme d’incitation rglementaire pour les vhicules mission nulle et faibles missions partir de 2030.



Article publi le 29 juin 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*