un cot annuel estim entre 15 et 30 euros par habitant


La collecte des biodchets augmentera le cot de gestion des dchets, selon une tude. Mais une mise en uvre bien pense peut limiter cette hausse. Surtout, cette collecte gnre des cobnfices qui la justifient.

Le dploiement de la collecte slective des biodchets coterait de l’ordre de 15 30euros par an et par habitant desservi. Mais cette collecte permet aussi d’conomiser une dizaine d’euros par habitant sur d’autres postes de la gestion des dchets. Surtout, la valorisation des biodchets permet des cobnfices qui peuvent tre valoriss. Telles sont les premires conclusions d’une tude du modle conomique de la filire des biodchets prsente, le 21juin, l’occasion du congrs de la Fdration nationale des activits de la dpollution et de l’environnement (Fnade). La rencontre a aussi t l’occasion de connatre le point de vue du ministre de la Transition cologique sur le sujet.

L’tude, ralise par Sage Industry, value le cot de la gnralisation de la collecte spare et du traitement des biodchets mnagers et assimils. Elle a pour horizon 2025, soit deux ans aprs l’chance de la loi Antigaspillage pour une conomie circulaire (Agec). Elle est ralise la demande du Comit stratgique de filire (CSF) transformation et valorisation des dchets et est copilote par la Fnade et le Syndicat national des entrepreneurs de la filire dchet (Snefid), avec le soutien de l’Agence de la transition cologique (Ademe).

Un surcot rpartir

L’tude n’tant pas totalement finie, Anne Caspar, directrice adjointe associe de Sage Industry, ne donne que des rsultats globaux. Le cot annuel de la collecte et du traitement des biodchets est de l’ordre de 1530euros par habitant (€/hab) desservi. Entre 60 et 70% de ce cot correspondent la collecte, le traitement ne reprsentant que 10% de la facture. Quant au solde, soit environ 5€/hab, il se rpartit entre la communication et la prcollecte. Mais cette facture peut aussi tre rduite. Une conomie de 5€/hab peut tre ralise grce la rduction des cots d’limination et de la taxe gnrale sur les activits polluantes (TGAP) associe. Cinq euros supplmentaires peuvent tre conomiss en rduisant la frquence de collecte des ordures mnagres (OMR).

Sur le volet financier, la collecte des biodchets constitue donc un surcot, ce qui ne surprend personne. Cela tant, rappelle Vincent Coissard, l’objectif n’est pas de rduire les cots car une gestion plus vertueuse cote plus cher. Et le sous-directeur Dchets et conomie circulaire au ministre d’ajouter qu’il ne faut pas tout renvoyer la question conomique, sinon on met tout en dcharge, puisque c’est le moins cher hors taxes.

Au-del des cots proprement parler, le ministre voque aussi leur rpartition entre les bnficiaires du dispositif. En creux, les changes ont soulev la question des cobnfices et de la faon dont le monde agricole participe au financement d’un dispositif qui lui permet de rduire ses achats d’engrais chimiques et d’amliorer la qualit organique des sols. Sur ce second point, se posent aussi les questions de la valorisation du stockage du carbone dans les sols et de l’amlioration de leur capacit de conservation de l’eau.

valuer la dynamique avant d’arbitrer

 

Il faudrait des objectifs de rsultat adapts tous les territoires
 

Anne Caspar, Sage Industry

 

L’tude de Sage Industry identifie aussi des leviers pour gnraliser le tri la source. C’est le point qui intresse le plus les services du ministre. Une premire srie de propositions visent rduire la facture. La solution la plus directe est la cration de dotations spcifiques [qui pourraient] rcompenser les collectivits vertueuses, plaide Sage Indusrtry. La demande en amendements organiques pourrait aussi tre soutenue par le biais de primes ou de taux de TVA rduits, recommande le cabinet de conseil.

De manire plus globale, la rglementation pourrait tre simplifie. Il faudrait des objectifs de rsultat adapts tous les territoires, dfend Anne Caspar. De mme, les cahiers des charges des labels agricoles pourraient tre assouplis, notamment pour accepter certains mlanges.

Sur ces points, Vincent Coissard explique que le ministre mise sur le retour d’exprience avant de trancher. Tout d’abord, tout le monde est conscient que la gnralisation ne sera pas au rendez-vous ds janvier 2024. Est-ce grave?Pas forcment si tout le monde est dans la dynamique, explique le reprsentant de Roquelaure. Une fois l’tat des lieux ralis, le ministre devrait valuer s’il faut revoir certains leviers rglementaires ou proposer des aides financires pour acclrer le mouvement.

Une varit de scnarios

Dans le dtail, sur quoi se base Sage Industry? Le consultant a labor huit scnarios thoriques de collecte et trois scnarios de traitement (dclins pour trois volumes de biodchets: 3000tonnes par an (t/an), 10000t/an et 15000t/an).

Cinq paramtres d’entre ont t retenus pour la collecte. Le premier est le schma de collecte des OMR et des recyclables avant la cration de la collecte des biodchets: le mode de collecte [porte–porte (PAP), points d’apport volontaire (PAV) ou mixte], la frquence et son organisation. L’volution de ce schma avec le lancement de la collecte des biodchets constitue un deuxime paramtre. Il s’agit l d’un point cl pour le ministre. Il faut repenser le schma globalement, pour que la collecte des biodchets permette d’augmenter celle des emballages et de rduire celle des OMR, explique Vincent Coissard. Enfin, le mode de collecte des biodchets (PAP, PAV ou mixte) constitue un autre paramtre.

Deux autres paramtres concernent le primtre de collecte. Le premier porte sur les flux: la collecte des dchets alimentaires seuls ou en mlange avec des dchets verts. Le second est le taux de couverture du service. Il s’agit soit d’une collecte auprs de 100% de la population (dans la majorit des cas), soit d’une collecte partielle combine une gestion de proximit.

Du ct des scnarios de traitement, les deux premiers s’appuient sur une filire locale existante. La premire option est le traitement sur une filire de compostage modifie pour accueillir les biodchets mnagers. La seconde est la cration d’un prtraitement avant valorisation des dchets. La possibilit de recourir une unit de mthanisation existante n’a pas t tudie. Le troisime scnario est la cration d’une plateforme de mthanisation ou de micro-mthanisation venant pallier l’absence de filire locale. noter que Sage Industry n’a pas tudi deux scnarios permettant de faire face l’absence de filire locale: le scnario 100% prvention des biodchets et la cration d’une plateforme de compostage.



Article publi le 24 juin 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*