Les bons rsultats de la filire olienne offshore


Des investissements, de l’emploi, du chiffre d’affaires : aprs des annes de gestation, la filire franaise de l’olien en mer a, enfin, pris forme. Des rsultats qui lui permettent d’esprer un dveloppement conforme aux objectifs de l’tat.

Le dmarrage de la filire olienne offshore franaise aura t poussif, mais le secteur commence tenir ses promesses. Le parc de Saint-Nazaire vient d’injecter ses premiers kilowattheures (kWh) dans le rseau et trois nouvelles infrastructures sont en construction: Saint-Brieuc, en Bretagne, Fcamp et Courseulles-sur-Mer, en Normandie. diffrents stades, quatre appels projets sont par ailleurs en phase d’instruction.

Des revenus et des emplois nouveaux

Selon le dernier rapport de l’Observatoire des nergies de la mer, publi mardi 14juin, prs de 2,6milliards d’euros ont t investis dans cette nergie, en France, en 2021, dont 2,2milliards par les dveloppeurs exploitants, afin de financer la fabrication des composants des parcs, nacelles et pales notamment, ainsi que leur installation. Soit une augmentation de 82% par rapport 2020. De quoi assurer aux prestataires et autres fournisseurs de la chane de valeur, en attendant la mise en production de tous ces parcs, d’engranger un chiffre d’affaires de 1,3milliard (+67%). Cette manne bnficie en partie aux entreprises franaises, celles des Pays de la Loire en tte, qui dtiennent environ un tiers des capacits europennes en ce qui concerne les turbines, les pales et les sous-stations lectriques, note le rapport. Mais en raison de leur solide exprience acquise en mer du Nord, la concurrence toujours possible des entreprises allemandes, danoises, nerlandaises ou britanniques n’est pas ngliger.

L’olien offshore a par ailleurs permis la filire de crer 4859emplois en 2021, dont prs d’un tiers en Normandie, passant de 1732quivalents temps plein (ETP) 6591(+36%). Outre les entreprises charges des chantiers, comme Bouygues, Eiffage ou Deme, les prestataires et fournisseurs, comme GE Renewable Energy (LM Wind Power), Cherbourg, et Siemens Gamesa Renewable Energy (SGRE), au Havre, assurent une grande part des recrutements.

Encore des difficults surmonter

En marge des parcs eux-mmes, l’activit olienne gnre aussi d’autres chantiers, dans les ports notamment : pour installer des bases de maintenance, comme la Turballe (Saint-Nazaire) ou Fcamp, ou pour dvelopper de la logistique industrielle, polder digue et quais, comme au Havre, Brest et Port-la-Nouvelle. Autant d’emplois et de revenus supplmentaires. Autre source de cration de richesse potentielle et venir : l’olien flottant, avec la construction de trois fermes pilotes, en Mditerrane et en Bretagne, et le lancement d’un appel d’offres en Bretagne-Sud.

 

Les premiers tours de turbine de l’hydrolien
Encore dbutant, en France, l’hydrolien affiche des rsultats bien plus modestes que l’olien offshore: 3,9millions d’euros investis, 7,1millions de chiffre d’affaires, 143emplois Mais cette technologie attire les entreprises et des projets pilotes existent. Deux d’entre eux sont dvelopps au raz Blanchard (Normandie), entre le cap de la Hague et l’le anglo-normande d’Aurigny, pour 12et 17,5 MW. Un autre a t lanc au large de l’le d’Ouessant et un encore dans le golfe du Morbihan. Les comptences sont galement disponibles chez des prestataires et sous-traitants, comme Hydroquest, Sabella, Normandie Hydroliennes, CDK Technologies, Efinorou Schneider Electric.

 

Ce dynamisme n’est cependant pas exempt de tensions: plus d’un tiers des entreprises dclarent faire face des difficults de recrutement de soudeurs, de chaudronniers, d’lectriciens, de tuyauteurs, de techniciens de maintenance, notamment, mais aussi d’ingnieurs. D’o l’ouverture de plusieurs centres de formation, l’automne dernier: au Havre, pour les oprateurs usines, l’initiative de l’UIMM, de l’Afpa et de Siemens Gamesa; Saint-Nazaire, pour les monteurs-mcaniciens sous l’gide de l’UIMM et de GE Renewable Energy; Fcamp, Loudac, Saint-Nazaire et Nmes, pour les techniciens de maintenance.

Des perspectives plus claires

Ce volontarisme s’appuie, notamment, sur les perspectives ouvertes par le  pacte de l’olien en mer , sign par la filire avec l’tat, en mars dernier. Par cet accord, les pouvoirs publics confirment leur objectif de totaliser 40GW installs en 2050, via un rythme annuel d’attribution minimale de 2GW, planifi dans la prochaine PPE, et de rduire la dure des procdures administratives. Le secteur, pour sa part, s’engage crer 20000emplois sur le territoire franais d’ici 2035 et faire en sorte que la moiti des cots des projets profite au tissu local. Une dmarche confirme par la signature d’une charte d’engagement par cinq clusters et groupements d’entreprises: Aquitaine Blue Energies, Bretagne Ocean Power, Neopolia, Normandie Maritime et Wind’Occ.

Pour atteindre ces objectifs, l’tat devra traduire ses promesses en actes, en favorisant une planification simplifie et plus ambitieuse, souligne Frdric Moncany de Saint-Aignan, prsident du Cluster maritime franais, en prambule du rapport de l’Observatoire des nergies de la mer. Mais il devra aussi garantir des prix et des cahiers des charges permettant un plus fort contenu local dans les projets. Autrement dit, ne plus faire des cots le critre dominant des appels d’offres. Surtout au moment o, selon la dernire tude du rseau REN21, les prix des turbines ont atteint des niveaux jamais vus depuis 2015 . En Europe, 3,3GW d’olien offshore ont t installs en 2021, majoritairement dans les eaux britanniques.








Article publi le 16 juin 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*