Le march de la dpollution des sols a le vent en poupe


Touch par la crise sanitaire, le secteur de la dpollution a fortement rebondi en 2021 et sa croissance devrait rester forte jusqu’en 2025. Mais cette progression devrait surtout profiter aux leaders du march, estime une tude Xerfi.

En 2019, le groupe Xerfi avait annonc un ralentissement de la croissance de l’activit de dpollution des sols. C’est finalement une baisse de l’activit laquelle on a assist en 2020 du fait de la crise sanitaire. Ainsi, les socits adhrentes (ingnierie et travaux) de l’Union des professionnels de la dpollution des sites (UPDS) ont ralis un chiffre d’affaires de 500millions d’euros (M€) en 2020, en baisse de 3% par rapport 2019. Ce chiffre est trs nettement reparti la hausse en 2021, 537M€, soit une croissance de 7,4% par rapport l’anne prcdente. C’est pour beaucoup du rattrapage de ce qui n’a pas t fait pendant le Covid , tempre toutefois Christel de La Hougue, dlgue gnrale de l’UPDS.

Xerfi, qui a publi le 14juin une nouvelle tude, consacre au Business Models des acteurs de la dpollution des sols face la croissance du march頻, fait, de son ct, tat d’une croissance de 15% en 2021 sur le panel de dpollueurs qu’il a constitu. Et cette croissance ne devrait pas s’arrter l, en croire la socit d’tudes, mme si elle devrait tre moins forte. Selon ses estimations, le revenu des acteurs grimpera de 8% en 2022 avant de s’installer dans un sentier de croissance de 6% par an en moyenne d’ici 2025 .

Soutien financier et rglementaire

 

C’est pour beaucoup du rattrapage de ce qui n’a pas t fait pendant le Covid
 

Christel de La Hougue, dlgue gnrale de l’UPDS

 

Les raisons de cette phase de croissance marque? En premier lieu, la politique de lutte contre l’artificialisation des sols du gouvernement qui donne la priorit la requalification des friches industrielles, avec un soutien financier massif, travers le Fonds friches dot d’une enveloppe de 750M€ sur 2021-2022 et l’appel manifestation d’intrt Dmonstrateurs de la ville durable dot de 305M€. En second lieu, le cadre rglementaire qui apparaissait dj trs favorable a encore t renforc sur la priode rcente , expliquent les auteurs de l’tude. Ce renforcement rsulte des nouvelles attestations produire dans le cadre de la cessation d’activit des installations classes (ICPE) mises en place par la loi Asap, de l’largissement du primtre des secteurs d’information sur les sols (SIS) et de la possibilit de transfrer la responsabilit d’un tiers-demandeur un autre. La hausse jusqu’en 2025 sera en partie lie aux fonds ddis aux sites et sols pollus du plan de relance. Par ailleurs, le mtier est, et devrait tre, largement port par les rglementations, et projets de rglementation, et par l’apparition de polluants mergents , confirme Christel de La Hougue, pour l’UPDS.

Le probable ralentissement de la croissance prvu par Xerfi sera d la dclration du march de la construction du fait de la pnurie de main-d’uvre, des dlais de livraison et des hausses du cot des matires premires. Attention aux mutations conomiques en cours associes notamment au contexte international , alerte aussi Mme de La Hougue.

Reste rgler la dpendance aux techniques d’excavation qui pose problme en matire d’objectifs de protection de l’environnement , pointe par ailleurs Olivier Lemesle, directeur d’tudes chez Xerfi. Selon une tude de l’Ademe et d’Ernst & Young cite par les auteurs, 70% des terres excaves taient gres hors site et diriges vers des installations de stockage en 2014, souvent l’tranger (Pays-Bas, Allemagne, Belgique). La dpendance ces techniques apparat difficile enrayer , estime toutefois Xerfi, malgr la possibilit de faire sortir les terres excaves du statut de dchet. L’excavation prsente, en effet, de nombreux avantages pour les professionnels de la dpollution des sites: facilit en termes de gestion de projet, notamment du fait du gain de temps, meilleure rponse technique certains types de pollution (HAP, pollutions anciennes, nappes superficielles sur sites) ou aux contraintes physiques de certains sites.

Polarisation croissante du march

Quant aux types d’oprateurs qui s’en sortiront le mieux, il s’agit clairement des gros, selon Xerfi. L’arrt du 9fvrier 2022, qui redfinit le rfrentiel de certification en matire de sites et sols pollus (SSP) pour les entreprises ralisant les diffrentes attestations (Attes) issues des lois Alur et Asap, carte en effet les petits oprateurs. Il donne encore plus de poids un systme de certification mal conu, en place depuis 2011, favorisant intrinsquement les grosses structures (), avec en parallle une volont implicite () d’empcher de nouveaux arrivants nationaux ou internationaux sur le march SSP en France , dnonce l’Union des consultants et ingnieurs en environnement (UCIE) dans un article publi, en mars dernier, sur le blog d’Actu-Environnement.

Alors qu’ils bénéficiaient déjà d’avantages considérables pour s’imposer sur le marché, le statu quo sur la certification laisse d’autant plus le champ libre aux leaders pour accaparer la croissance à venir et conduira à une polarisation croissante du marché , confirme Xerfi. Deux grands profils dominent : les gants du BTP (Vinci, Bouygues, Eiffage), pour lesquels cette activit est un pralable la ralisation d’infrastructures ou de projets immobiliers, et les groupes de services environnementaux (Suez, Sch Environnement, Veolia), oprateurs historiques et experts dans les domaines de l’assainissement de l’eau et dans la gestion des dchets , analyse Olivier Lemesle.

Minorit d’acteurs spcialiss

C’est finalement une minorit d’acteurs qui est spcialise dans la dpollution des sols, estime ce dernier. Parmi ceux-ci figurent plusieurs acteurs ambitieux, comme Valgo, qui a ouvert son capital au fonds Tikehau, Ortec, qui a rachet Solo Services, ou encore Englobe. Les plateformes d’investissement spécialisées telles que Brownfields et Ginkgo disposent d’atouts considérables dans la conquête du marché , estiment galement les auteurs de l’tude. Et ce, du fait de capacits d’investissement massives leur permettant de prempter les fonciers les plus intressants valoriser .

C’est dans l’amont de la filire (diagnostic et ingnierie) que les pressions concurrentielles sont les plus prgnantes, mettant aux prises un grand nombre de bureaux d’tudes locaux, rgionaux ou nationaux. Dans les travaux de dpollution, la comptition est moins svre , estime Olivier Lemesle. Pour celui-ci, les priorits stratgiques des acteurs se situent, par consquent, dans un enrichissement de la palette de comptences face la multiplicit des problmatiques de dpollution souleves par les donneurs d’ordres, la rarfaction des sols ou encore le traitement des polluants mergents.

Christel de La Hougue distingue galement les tudes, o la polarisation est moins vidente mme si on assiste une consolidation entre acteurs du march initial, et les travaux, o cette polarisation est relle du fait de la maturit du march et des rachats-fusions. Il existe aussi beaucoup de petites structures qui se crent en tudes et en travaux, nuance toutefois la dlgue gnrale de l’UPDS. Nous sommes galement vigilants ce que les travaux ne soient pas raliss par des socits moins, voire non, spcialises, qui ont tendance prendre de plus en plus de parts de march, car ce serait prendre un risque en termes de qualit et peut-tre, terme, de sant publique , prvient la reprsentante de l’organisation professionnelle.









Article publi le 16 juin 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*