Face aux algues vertes en Bretagne, les mesures s’empilent sans enrayer le phnomne


Si les taux de nitrates ont diminu grce des politiques engages depuis les annes 1990, ils repartent la hausse dans les Ctes-d’Armor. L’association Eau et rivires de Bretagne saisit de nouveau la justice.

Voici dj une quarantaine d’annes que le dossier des algues vertes constitue l’envers empoisonnant de la carte postale d’une Bretagne fantasme par les touristes. Et le phnomne tend s’amplifier, malgr la multiplication des mesures engages par la Rgion et par l’tat. Ainsi, en 2021, dans la baie de Saint-Brieuc, les volumes d’algues collects par les collectivits ont t cinq fois suprieurs celui de l’anne2020, selon Air Breizh. Dans les Ctes-d’Armor, la baie d’Hillion reste la plus expose. L’association Air Breizh y pratique depuis cinq ans un suivi de la qualit de l’air dpistant l’H2S, l’hydrogne sulfur, ce gaz source de nuisances olfactives et potentiellement mortel qui se forme lors de la putrfaction des algues. Les dpassements de seuils observs plusieurs fois ont conduit la fermeture de la plage, o seuls s’aventurent des oiseaux limicoles de passage.

Cette anne, les mares vertes s’annoncent prcoces en raison de la chaleur et des orages. Elles sont de retour en baie de Locquirec (Finistre) et de Lannion (Ctes-d’Armor), tout comme le ramassage, depuis la deuxime semaine de juin. Soit avec plus de quinze jours d’avance par rapport l’anne dernire. En baie de Saint-Brieuc, les premires collectes ont eu lieu ds avril. La tendance la hausse des chouages observe depuis 2013 s’explique par les alas de la mto, mais pas seulement. Si des politiques volontaires ont permis de rduire d’environ un tiers depuis 1995 la concentration moyenne des nitrates dans les cours d’eau du bassin versant, la situation depuis 2015 stagne et les marges de progrs se rduisent. Comme le souligne l’agence de l’eau Loire-Bretagne dans le schma directeur d’amnagement et de gestion des eaux (Sdage) 2022-2027, adopt le 3mars dernier,  pour les algues vertes, l’azote apparat bien le facteur principal responsable de la diminution plus ou moins rapide de la croissance des algues, aprs le bloom printanier, et demeure donc le facteur principal de contrle de ce phnomne . Le schma d’amnagement et de gestion des eaux (Sage) prconise, quant lui, une rduction de 30 60% des effluents selon les baies.

Premire condamnation de l’tat

Des constatations qu’a pointes la Cour des comptes qui, dans un rapport de 2021, enjoignait l’tat aller plus loin. Et, en juin 2021, c’est le tribunal administratif qui lui faisait injonction de complter son programme d’action nitrates sur le volet portant sur les algues vertes. S’en est suivi un arrt modificatif, en novembre2021, imposant aux agriculteurs, situs en baies algues vertes, des mesures supplmentaires dites ZSCE (zone soumise contraintes environnementales), principalement le contrle technique des fosses lisier, la mesure du reliquat d’azote dans les sols, l’installation de bandes enherbes de dix mtres le long des cours d’eau et des mesures de rduction du surpturage. Prsents par tienne Gillet, le sous-prfet des Ctes-d’Armor charg des algues vertes, le 17mars 2022, ces arrts de zone soumise contraintes environnementales s’inscrivent dans le sixime plan d’action rgional nitrates et fixent des objectifs atteindre aux exploitations agricoles. partir de 2025, ils pourront devenir contraignants. L’enjeu de ces ZSCE est de crer des zones tampon pour piger les nitrates et rduire le phnomne de lessivage vers la mer.

 

Grce des mesures trs concrtes, nous allons russir piger le maximum de nitrates.
 

Emmanuel Berthier, prfet de la rgion Bretagne

 

Aprs dix-huit mois de travaux et six mois de ngociations intenses, le troisime plan de lutte contre les algues vertes (2022-2027) sera arrt en septembre2022. Ce nouveau Plav est cens rpondre aux recommandations de la Cour des comptes, qui formulait dans son rapport cinq priorits, parmi lesquelles le suivi de la ralisation des objectifs et la refonte du foncier agricole. L’objectif, c’est d’accompagner la poursuite de la mutation du systme agricole, tout en conservant la vocation de l’levage dans toutes les rgions de Bretagne , selon le prfet de la rgion Bretagne, Emmanuel Berthier. J’ai intgr dans le plan en cours de finalisation les cinq recommandations fondamentales de la Cour des comptes, en particulier celle sur l’amnagement foncier. Grce des mesures trs concrtes, comme la remise en place de haies ou l’largissement des bandes enherbes autour des cours d’eau, nous allons russir piger le maximum de nitrates. Des nitrates dont nous aurons, qui plus est, limit les apports extrieurs pour qu’ moyen et long terme, il y ait moins de flux vers la mer , estimait le prfet, le 12mai, lors d’une visite sur le terrain rapporte par Le Tlgramme.

Un manque d’encadrement malgr des aides doubles

Dans ce contexte, les aides individuelles aux agriculteurs vont tre plus que doubles par rapport au plan prcdent (10millions par an). Il s’agira de paiements pour services environnementaux (PSE), en change de pratiques culturales adaptes. Ce systme de PSE va tre dploy grande chelle dans six baies bretonnes concernes par les algues vertes, dont celle de Saint-Brieuc et de Douarnenez, les plus touches. Les pouvoirs publics vont injecter 8,2millions d’euros, peut-on lire dans la dlibration du conseil d’administration de l’agence de l’eau Loire-Bretagne date du 18mai. L’tablissement dbloque, au total, 5,8millions d’euros pour ce dispositif, l’tat 1,4million, le conseil dpartemental du Finistre et celui des Ctes-d’Armor 500000euros chacun. Plus de 130exploitations pourront recevoir jusqu’ 60000euros sur cinq ans. Les agriculteurs engags dans la dmarche devraient tre valus chaque anne et rmunrs suivant l’effectivit du rsultat.

En attendant, ces mesures, finances par la redevance sur l’eau et par les contribuables, font l’objet d’engagements volontaires de la part des agriculteurs et sont peu encadres, faute d’effectifs d’accompagnement. Une premire tape de saupoudrage, estime Estelle Le Guern, d’Eau et rivires de Bretagne, pour rectifier les mthodes la marge, sans revoir le systme dans son ensemble. Entre Plav, PSE et arrts dits ZSCE, on est un peu dans le flou , observe la charge de mission agriculture.

L’association, dj l’origine de la saisine du tribunal administratif, a saisi son juge de l’excution, le 8juin. Elle reproche l’tat de ne pas avoir appliqu l’obligation de mesures aux agriculteurs des bassins versants concerns.  Pendant les trois prochaines annes, la lutte contre le dveloppement des algues vertes reposera uniquement sur la bonne volont des chefs d’exploitation , estime Arnaud Clugery, directeur oprationnel d’Eau et rivires. Et les contrles restent insuffisants, comme le pointait dj un rapport du Snat en mai 2021, rdig par Bernard Delcros, vice-prsident de la commission des finances et rapporteur spcial de la mission budgtaire Cohsion des territoires.

Pour Arnaud Clugery, il y a un vrai problme de calendrier: quand le juge administratif enjoint l’tat agir sous quatre mois, c’est–dire pour le 4octobre 2021, ce n’est pas pour que les mesures deviennent effectives en 2025 ou 2026 ou au-del Par exemple, le contrle des fuites des fosses, mesure numro un des ZSCE. Quand on regarde le calendrier, certains contrles n’auront lieu qu’en 2024. Qu’est-ce qu’on peut attendre d’une mesure pas encore en vigueur face la mare verte de cet t? L’impression qu’on a, c’est qu’il y a tout le temps une ngociation sur le calendrier alors qu’on parle d’un dossier qui a quarante ans .

Face cet empilement de mesures en silo, des voix s’lvent pour faire voluer la situation, pas seulement l’chelle de l’exploitant, mais aussi l’chelle de la filire. L’aspect foncier reste la cl d’un problme systmique et tient des mesures de bon sens prconises par le rapport de la Cour des comptes : recrer des prairies enherbes, crer des rserves foncires, renouer avec le pturage.





Article publi le 13 juin 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*