Le Parlement europen approuve la fin des voitures thermiques en 2035


Seuls des vhicules zro mission pourront tre vendus neufs en 2035: tel est le souhait de la Commission europenne et dsormais du Parlement. De nombreux dfis et dsaccords restent nanmoins surmonter d’ici l.

Le 8juin, le Parlement europen a approuv, 339voix pour et 249contre (avec 24abstentions), une proposition phare du paquet Fit-for-55 prsent par la Commission europenne en juillet dernier: mettre fin la vente des vhicules thermiques ds 2035. Cette rvision du rglement europen relatif aux normes d’mission de carbone des voitures et camionnettes individuelles devra nanmoins tre galement approuve par les ministres des tats membres de l’Union, le 28juin, avant d’tre ventuellement adopte d’ici l’automne. Malgr tout, ce premier vote secoue dj le secteur automobile, s’inquitant de l’chance venir et des consquences de l’ventuelle lgislation.

Une chance non ngociable

Ni report de l’chance jusqu’en2040 (notamment pour les vhicules hydrides) ni de rduction des missions 90% en 2035: la majorit des eurodputs soutient uniquement une rduction 100% de CO2 mis par les vhicules neufs mis sur le march en 2035. Pourquoi cette date apparat-elle non ngociable? Parce qu’en moyenne, la dure de vie d’une voiture sur route en Union europenne est de quinze ans, a affirm Pascal Canfin, eurodput la tte de la commission parlementaire de l’environnement, de la sant publique et de la scurit alimentaire (Envi), lors d’une confrence de presse antrieure au vote. Donc pour s’assurer que toutes les voitures soient neutres d’un point de vue climatique en 2050, il nous faut mettre un terme la vente de tous nouveaux vhicules polluants quinze ans avant.

Le Parlement s’est par ailleurs mis d’accord sur les objectifs intermdiaires atteindre d’ici l pour accompagner la transformation de l’industrie. Les constructeurs devront rduire les missions de leurs vhicules de 15% en 2025 (par rapport 2021), puis de 55% en 2030 (et 50% pour les camionnettes) avant d’tre obligs ne vendre seulement que des vhicules zro mission cinq ans plus tard. Autrement dit, seules les voitures 100% lectriques ou hydrogne seront autorises. Les voitures thermiques seront rserves au march de l’occasion.

 

Pour s’assurer que toutes les voitures soient neutres d’un point de vue climatique en 2050, il nous faut mettre un terme la vente de tous nouveaux vhicules polluants quinze ans avant
 

Pascal Canfin, commission Envi

 

Si l’Association des constructeurs automobiles europens (ACEA) accueille favorablement les objectifs fixs pour la dcennie en cours, elle s’inquite de la faisabilit d’un secteur s’appuyant presque seulement sur la vente de vhicules lectriques. Un rexamen transparent des objectifs post-2030 sera ncessaire mi-parcours afin d’valuer si le dploiement des infrastructures de recharge et l’approvisionnement en matires premires destines la production de batteries nous permettent ou non de les atteindre, remarque Oliver Zipse, directeur gnral de BMW et prsident de l’ACEA. S’agissant justement du groupe allemand, Pascal Canfin dnonait dans une tribune sa volont de torpiller l’objectif zro mission 2035 et d’instaurer, la place, un permis de polluer sous la forme d’un systme d’achat de crdits de carbone.

L’lectricit sinon rien?

Cette proposition a cependant t rejete par le Parlement, au grand dam de l’E-Fuel Alliance, runissant les partisans des biocarburants et carburants de synthse ou encore de 40millions d’automobilistes. Il existe aujourd’hui de nouveaux biocarburants base d’thanol prsentant un bilan carbone 65% plus avantageux, atteste Pierre Chasseray, dlgu gnral de l’association franaise. Nous devrions avoir appris nos leons des vnements gopolitiques actuels et ne pas changer notre dpendance nergtique pour une autre, ajoute, quant lui, le dirigeant de l’E-Fuel Alliance, Ralf Diemer, rappelant que la Chine possde 87% des dpts de terres rares ncessaires la fabrication des batteries lectriques.

La Fdration europenne pour le transport et l’environnement (ou T&E) soutient, qu’ l’inverse, la sortie progressive des vhicules thermiques constitue une opportunit historique pour en finir avec notre dpendance au ptrole et les despotes, mais donne aussi la confirmation attendue par l’industrie automobile d’acclrer la production de vhicules lectriques, ce qui entranera la baisse de leurs prix de vente pour les conducteurs. D’autant que, selon T&E, la dernire fausse solution « verte » de l’industrie fossile que constituent les carburants de synthse demeure, comme l’a corrobor le vote du Parlement, inenvisageable. Ces carburants ne sont pas suffisamment bnfiques pour le climat et la qualit de l’air. Toujours d’aprs T&E, ils mettent seulement 5% de CO2 en moins et dgagent des oxydes d’azote.

Le chemin restant parcourir

 

Une approbation presque sans concessions
Les amendements soutenus par les lobbies de l’automobile n’ont pas tous t rejets. Une disposition, surnomme amendement Ferrari, a t accorde 367 voix pour et 217 contre (avec 22 abstentions): en 2035, tous les vhicules thermiques neufs seront interdits la vente, sauf une certaine catgorie d’entre eux. L’amendement 121 prvoit d’autoriser les voitures de luxe, vendues moins d’un millier d’exemplaires par an, de continuer rouler l’essence.

 

Cela tant dit, deux nids de poule se profilent qu’il reste colmater sur la route avant 2035: l’emploi et l’infrastructure. Nous avons treize ans pour changer l’industrie la plus importante en termes d’emplois en Europe, a remarqu Pascal Canfin prcdemment. C’est un dfi exceptionnel la hauteur de l’enjeu climatique. Pour le relever, la commission Envi a t l’origine d’un amendement instaurant la cration d’un Fonds de transition juste pour les salaris de l’industrie automobile. Ce dernier aura pour vocation d’aider financer leur accompagnement social.

Concernant la question de l’infrastructure, la France manque de bornes de recharge et les stations hydrogne ne sont pas encore dveloppes, rappelle Pierre Chasseray, de 40 millions d’automobilistes. Le Pacte vert europen vise un million de bornes de recharge en Europe en 2025, tandis que la France n’en compte encore qu’environ 60 000 sur les 100 000 promises avant le dbut de l’anne. Un projet de rglement europen visant au dveloppement d’infrastructures destines aux carburants alternatifs (Afir) est en cours de ngociation.








Article publi le 09 juin 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*