Importation d’hydrogne ?  Cela n’a de sens seulement si l’nergie consomme est renouvelable 


La France projette de dployer 6,5 gigawatts d’lectrolyseurs en 2030. D’ici l, Philippe Boucly, prsident de France Hydrogne, recommande de recourir l’importation auprs de pays dots d’nergies renouvelables, comme le Chili.

En attendant que la France produise suffisamment d’hydrogne vert, Philippe Boucly, prsident de l’association France Hydrogne, suggre de recourir l’importation. Si l’hydrogne produit est moins cher l’importation que localement, cela permettrait d’acclrer la dcarbonation de l’industrie, la mise en place d’infrastructures pour la mobilit et de dvelopper les usages, a-t-il soulign lors du salon Hyvolution 2022 (voir la vido).

Recourir l’importation n’a nanmoins de sens que si l’nergie consomme dans le pays exportateur pour produire de l’hydrogne est renouvelable et bon march. En ce sens, Philippe Boucly recommande de s’adresser des pays trs ensoleills ou venteux, comme le Chili, le Maroc, la Namibie, l’Australie, les pays du Golfe ou mme l’Islande o le prix du mgawattheure demeure de l’ordre de 10 20euros. Transporter l’hydrogne est un autre dfi.

La raffectation de gazoducs existants ne suffira pas au-del d’une distance de 2000 ou 3000kilomtres. Il faudra soit convertir l’hydrogne sous forme d’ammoniac, de mthanol ou de liquides organiques vecteurs d’hydrogne (LOHC), soit le transporter sous forme liquide, 253C. Un premier bateau de 1250m3 existe dj, mais un accord a t trouv entre la socit franaise GTT et Shell pour en mettre un l’eau de 10000m3 l’horizon 2027 ou 2028, avance Philippe Boucly.

Article publi le 08 juin 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*