une qualit satisfaisante, mais une surveillance renforcer


Comme chaque anne avant la priode estivale, l’Agence europenne de l’environnement publie son baromtre de la qualit des eaux de baignade. Si les rsultats semblent satisfaisants, le besoin d’intgrer de nouveaux enjeux se fait plus pressant.

L’indicateur reste globalement au vert: pour la saison 2021, 95,2% des sites de baignade en Europe rpondaient l’objectif de qualit suffisante demand par la directive sur les eaux de baignade et 84,8% taient en excellente qualit. Le texte europen ambitionnait initialement d’atteindre un niveau de qualit suffisante pour l’ensemble des sites la fin de la saison balnaire2015. Mais une petite proportion d’entre eux affiche toujours une qualit insuffisante: en 2021, c’tait le cas pour 1,5 % d’entre eux (soit 332, pour 1,3 % en 2020). Si la part des sites de mauvaise qualit a lgrement diminu depuis 2013, des problmes persistent au niveau des eaux de baignade de mauvaise qualit ou souvent affectes par des pollutions de courte dure , note l’Agence europenne de l’environnement (AEE).

 

Si la part des sites de mauvaise qualit a lgrement diminu depuis 2013, des problmes persistent au niveau des eaux de baignade de mauvaise qualit
 

 

Six pays de l’UE se dmarquent ngativement avec une proportion de 3% ou plus de leurs eaux de baignade de mauvaise qualit, dont la France (pour 99sites).Ces baignades devront tre fermes pendant toute la saison balnaire2022 etfaire l’objet de mesures visant rduire la pollution. Si la contamination persiste et que la qualit de l’eau est classe comme mauvaise pendant cinq annes conscutives ou plus, la baignade devra tre interdite de faon permanente. En 2021, c’tait le cas pour 45eaux de baignade de l’UE: 31 en Italie, huit en France, deux aux Pays-Bas et une en Tchquie, en Estonie, en Pologne et en Sude respectivement , prcise l’AEE.

34sites exclus de la surveillance

Par rapport 2020, sur l’ensemble des 289sites europens dont l’eau taient considre comme de mauvaise qualit, 201n’ont pas progress et 54 se sont amliors. Les 34 sitesrestants ont t exclus du programme de surveillance ou n’ont pas pu tre valus (en raison des mesures mises en uvre, qui pourraient affecter la qualit des eaux de baignade ou du manque d’un nombre suffisant d’chantillons).

Certains acteurs, comme l’association Eau et rivires de Bretagne, dnoncent un jeu avec les rgles parcertains tats membres comme la France. La directive permet en effet d’carter des chantillons touchs par une pollution de court terme, afin de garantir l’aspect alatoire des analyses ralises. Pour mmoire, le calcul du classement de la plage en fin de saison est ralis sur la base de toutes les analyses retenues lors des quatre dernires saisons balnaires. Et Eau et rivires de Bretagne regrette que certaines communes assimilent la pluie une pollution de court terme. Les plages sont fermes de faon prventive et les ventuels mauvais rsultats sont carts du suivi, avait expliqu Brieuc Le Roc’h, charg de mission juridique de l’association lors d’une interview pour Actu-Environnement. Pour finir, le bilan ne reflte pas la ralit de la qualit des eaux.  Eau et rivires de Bretagne a donc dpos plainte, le 21aot 2020, auprs de la Commission europenne contre la France pour manquement lors de la transposition de la directive Eau de baignade.

Une diminution de 417sites de baignade

Par ailleurs, le nombre de sites de baignade varie d’une anne l’autre en fonction des ouvertures et fermetures des plages. L’anne2021 se distingue toutefois par la suppression du suivi du Royaume-Uni (640sites en moins). Cet effacement est contrebalanc par 223nouveaux sitessignals, notamment par la Grce, la Pologne, le Portugal, l’Espagne et la France. Au total, l’AEE a relev une diminution de 1,9% du nombre total de baignades (417).

Les eaux de baignade sans classification de qualit constituent une partie notable d’un inventaire global des eaux de baignade, reconnait l’AEE. La raison de l’absence de classification est un ensemble de donnes d’chantillons manquant, particulirement important pendant la saison2020 en raison des restrictions lies la Covid-19 (y compris l’accs interdit pour la baignade et l’chantillonnage). Il y avait 1342eaux de baignade non classes lors de la saison2020, suivies de 711 lors de la saison la plus rcente (2021). 

Vers une rvision de la directive sur les eaux de baignade?

Le rituel de la publication du rsultat de cebaromtre des plages par l’Agence europenne de l’environnement (AEE) a dbut en 1976, avec la premire version de la directive sur la qualit des eaux de baignade. Celle-ci a ensuite t modifie en 2006, avec trois grands changements. Tout d’abord, les paramtres microbiologiques recherchs ont t rduits deux germes, en renforant les exigences de qualit : Escherichia coli et les entrocoques intestinaux. Ensuite, la classification ne repose plus sur une notion de seuil, mais sur une valuation statistique des donnes des saisons balnaires. Les gestionnaires doivent galement raliser des tudes de vulnrabilit des sites, les profils de baignade.

Ces rgles pourraient nouveau voluer: la Commission europenne a lanc une procdure d’valuation de l’efficacit du texte. Parmi les points sur lesquels l’instance a plus particulirement port son attention figure la prise en compte des polluants mergents (les microplastiques et les produits pharmaceutiques) ou encore les risques lis, par exemple, aux cyanobactries. Des volutions que souhaite l’association Surfrider Foundation Europe. D’un ct, les prolifrations d’algues ou encore les dchets plastiques ne sont intgrs que dans les profils de plage ou ne font l’objet que d’une inspection visuelle ; del’autre, la pollution chimique n’est pas considre du tout, regrette l’association.En outre, le rapport ne fait tat que de prlvements raliss au cours de la saison estivale, et uniquement sur les sites de baignade identifis en tant que tels. Est-il vraiment juste d’affirmer que 84,7 % des eaux europennes sont de bonne qualit dans ces conditions ? 

La Commission a galement identifi le jeu des fermetures de plages. Elle a galement souhait analyser la valeur ajoute de la classification des sites de baignade (notamment le statut suffisant) ainsi que les informations fournies au public. Bruxelles devrait arbitrer sur les potentielles mises jour du texte au premier trimestre 2023. Une analyse qui s’inscrit dans un contexte plus vaste: La directive sur les eaux de baignade n’a pas t analyse isolment car sa mise en uvre s’appuie sur un vaste cadre europen de lgislation sur l’eau, rappelle l’AEE. La rvision en cours de la directive sur le traitement des eaux urbaines examine, entre autres, les moyens de lutter contre la pollution rsiduelle d’origine urbaine, y compris les dbordements d’eaux pluviales qui ont un impact sur la qualit des eaux de baignade.  La rvision des directives sur les normes de qualit environnementale (EQSD) et la directive sur les eaux souterraines (GWD) devraient, par ailleurs, se pencher sur l’volution des listes de polluants chimiques.
















Article publi le 07 juin 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*