le site n’tait pas aux normes


L’incendie avait fait grand bruit en mars 2021 car il avait affect de trs nombreux sites internet. Le rapport d’enqute du BEA-RI rvle que l’tablissement ne respectait pas la rglementation des installations classes, elle-mme insuffisante.

L’incendie survenu, le 10mars 2021, dans le centre de donnes d’OVH Strasbourg n’tait pas pass inaperu. Il n’avait pas fait de victimes, mais avait, en revanche, affect 3,6millions de sites internet, dont certains du gouvernement parmi lesquels des services de l’ducation nationale.

 

Il ressort de cet tat des lieux qu’un grand volume de btiments n’est pas soumis la rglementation des ICPE et ne fait donc l’objet d’aucune prescription spcifique en termes de dfense incendie
 

 

Le Bureau d’enqutes et d’analyses sur les risques accidentels (BEA-RI), cr en dcembre 2020 dans le cadre du Plan post-Lubrizol, a publi, le 27mai, son rapport sur l’accident de cette installation. Dans ce cadre, il met des recommandations pour prvenir de futurs accidents et pointe des insuffisances de la rglementation. Mais il permet aussi de constater, entre les lignes, que l’tablissement n’tait pas en rgle avec la rglementation des installations classes (ICPE) et que les services de l’tat n’en avaient pas conscience.

Augmentations de capacit

Si les installations de stockage des donnes ne sont pas des ICPE en tant que telles, les groupes lectrognes, qui permettent de pallier une perte d’alimentation lectrique depuis le rseau, et les installations de charge de batteries sont, en revanche, classes ce titre. L’exploitant avait effectivement fait une dclaration la prfecture, en aot2016, en vue d’exploiter ces deux activits en conformit avec la rglementation des ICPE. Souci? Le site a volu depuis cette date, la construction de nouveaux btiments ayant augment la puissance thermique totale des groupes lectrognes et la capacit de charge de batteries , rapportent pudiquement les auteurs du rapport.

En d’autres termes, l’exploitant a oubli頻 de dclarer ces augmentations de capacit aux services de l’tat. Des modifications substantielles qui auraient d entraner un changement du rgime applicable l’tablissement et l’application de prescriptions plus svres. Or, l’Inspection des installations classes ne contrle quasiment plus les tablissements soumis simple dclaration, hors plainte ou accident. Il faut dire que le nombre d’inspecteurs s’lve environ 1500quivalents temps plein pour quelque 500000installations. De nombreuses installations classes, relevant officiellement du rgime de la dclaration, ne sont donc pas aux normes et les services de l’tat n’interviennent pas pour autant. Cet accident en offre une nouvelle illustration, aprs celle des entrepts de NLLogistique pris dans l’incendie du 26septembre 2019, Rouen, et dont les services de l’tat ignoraient la nature des produits stocks.

Dans le cas d’OVH, l’Inspection des installations classes a demand l’exploitant, conscutivement l’incendie, une actualisation administrative de son site prenant en compte l’ensemble des extensions opres . Celui-ci a fait une demande d’enregistrement, le 28octobre 2021, en rclamant toutefois deux amnagements des prescriptions applicables. La prfte a dlivr l’arrt d’enregistrement le 10mai 2022, aprs l’avoir dispens d’valuation environnementale et en acceptant ses demandes d’amnagement. Celles-ci portent sur une diminution de la hauteur des chemines des groupes lectrognes, appels ne fonctionner qu’en cas d’urgence, et un rtrcissement des voies de passage des pompiers.

Aucun systme d’extinction automatique

Le BEA-RI a identifi plusieurs insuffisances et met des recommandations l’attention de l’exploitant, mais galement de la direction gnrale de la Prvention et des Risques (DGPR) qui est charge de l’laboration des textes rglementaires portant sur les installations classes (ICPE) au sein du ministre de la Transition cologique.

L’incendie a pris naissance au sein des locaux qui abritent les batteries et les ASI (alimentation sans interruption) ncessaires au fonctionnement des serveurs. Ces salles appeles aussi « salles nergie » taient quipes d’une dtection incendie, mais ne disposaient d’aucun systme d’extinction automatique , indique le rapport.

Malgr l’arrive rapide des secours, la conception du btiment, l’absence de systme d’extinction automatique, le dlai de mise en scurit lectrique du site et les moyens en eau sur la zone n’ont pas permis d’viter l’embrasement gnralis [du btiment] SBG2 et la propagation de l’incendie des btiments voisins , concluent les auteurs.

Pour ce qui relve de l’exploitant, le BEA lui demande notamment de tenir compte du retour d’exprience de l’incendie, notamment en termes de moyens de dtection et de lutte contre l’incendie . Il prconise galement de mettre en uvre au travers d’exercices des procdures d’intervention d’urgence et de mise en scurit des installations lectriques afin de faciliter l’intervention des services de secours publics . cet gard, l’amnagement accord par la prfte sur les prescriptions applicables aux voies d’accs pompiers semblent aller l’encontre de ces prconisations.

Trou dans la raquette

Le respect des prescriptions plus svres qui s’imposaient l’exploitant aurait sans doute permis de limiter les risques, mais elles paraissent toutefois insuffisantes, vu les recommandations adresses galement aux services du ministre.

Pour ce qui relve de ces dernires, le retour d’exprience montre que la protection du seul local de stockage des batteries n’aurait pas permis d’viter l’incendie , rapporte le BEA-RI. Celui-ci prconise par consquent d’appliquer les prescriptions relatives au comportement au feu des btiments aux locaux qui abritent les quipements lectriques qui servent la charge des batteries et qui leur sont directement relis. Cela revient dfinir un atelier de charge comme tant le local qui abrite les batteries et galement les quipements qui servent la charge , expliquent les auteurs du rapport.

Au-del de cet tablissement, le BEA semble avoir identifi un trou dans la raquette quant la scurit incendie des centres de donnes. Il ressort de cet tat des lieux qu’un grand volume de btiments n’est pas soumis la rglementation des ICPE et ne fait donc l’objet, au titre de cette rglementation, d’aucune prescription spcifique en termes de dfense incendie , constatent les auteurs. Lorsque le btiment ne relve ni des tablissements recevant du public (ERP) ni des immeubles de grande hauteur (IGH), la majeure partie de l’difice relve, pour ce qui concerne la dfense incendie et les dispositions constructives, de la rglementation de droit commun applicable un btiment caractre industriel d’une hauteur infrieure 28m . Soit la rglementation relevant du Code du travail, qui ne prvoit pas d’exigences particulires sur l’ventuelle mise en uvre de moyens d’extinction automatique .

En d’autres termes, un exploitant qui ne respecte pas la rglementation, qui se rvle elle-mme insuffisante, a de grands risques d’tre confront tt ou tard un sinistre.



Article publi le 03 juin 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*