des organisations dnoncent l’absence de dcision de justice


L’affaire du chlordcone, pesticide utilis aux Antilles entre 1972 et 1993 dans les plantations pour radiquer le charanon de la banane, pourrait se conclure par un non-lieu.

Le 25mars 2022, aprs plus de quinze ans de procdures, les juges d’instruction du ple sant publique de Paris ont fait savoir qu’ils avaient achev leur enqute. D’aprs eux, personne ne devrait tre renvoy devant le tribunal car les infractions seraient prescrites.

En 2006, plusieurs associations martiniquaises et guadeloupennes avaient dpos plainte pour empoisonnement, mise en danger de la vie d’autrui et administration de substance nuisible. Ce dossier pourrait donc se clore sans mise en examen, les faits tant dans leur grande majorit prescrits.

Dans une tribune publie le 26avril sur le site de France Info, un collectif d’associations et de personnalits dnonait une enqute complaisante vis–vis des industriels et des grandes familles de la banane. l’approche des lections lgislatives, ces personnalits appellent lgifrer sans tarder  pour fixer le point de dpart de la prescription au jour o la pollution a cess .

Une manifestation regroupant 1500personnes a eu lieu dans les rues du Lamentin, en Martinique, samedi 28mai. Six organisations ont sollicité par courriel une audience auprès de Yaël Braun-Pivet, ministre de l’Outre-mer, et ric Dupont-Moretti, ministre de la Justice, garde des Sceaux, demande jusqu’ prsent restée sans réponse.




Article publi le 01 juin 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*