une exploitation durable pas toujours rentable


Tout le monde peut acheter une fort et devenir propritaire forestier. Mais ce n’est pas toujours facile de lier une gestion durable de la fort avec la notion de rentabilit, surtout dans certaines zones gographiques comme les Cvennes. Reportage.

Comment concilier durabilit et rentabilit d’une fort ? C’est le dilemme auquel se confrontent aujourd’hui certains propritaires forestiers. Guy Hbert, jeune propritaire d’une fort de 20 hectares en fait l’exprience. Rencontr l’occasion d’une visite organise par le Centre national de la proprit forestire (CNPF), M.Hbert vient d’acqurir une parcelle de fort avec son fils. Toutefois leurs objectifs ne sont pas les mmes : le pre souhaite prserver au maximum cet espace naturel tandis que son fils considre qu’un investissement doit rapporter des bnfices. Aucun des deux n’ont l’origine de connaissance pour grer une fort mais les conseils du CNPF vont les y aider.

Des conseils pour apprivoiser sa fort

Leur parcelle est compose de deux espaces distincts: sur moins d’un hectare, un arboretum qui prsente une grande diversit d’espces. Une zone de loisir, amnage par le pass par des passionns de botanique. Le reste est compos de douglas, de cdres et de pins laricio. Mais les anciens propritaires n’avaient pas vraiment de notion d’exploitation sylvicole et aucune claircie n’avait t ralise. Consquence, les arbres sont trop rapprochs les uns des autres, ils sont donc rests plutt fins et montent trs haut pour aller chercher la lumire, les rendant plutt sensible au vent fort. Aussi, les jeunes poussent manquent de lumire pour permettre un renouvellement efficace.

Ce diagnostic ralis par le CNPF la demande du nouveau propritaire a abouti la mise en place d’un plan de gestion volontaire qui permet de mieux connaitre sa fort, de dfinir des objectifs et de faciliter les choix et dcision prendre, de prvoir un programme de coupes et de travaux, d’tablir un bilan priodique et d’intresser ses hritiers au patrimoine forestier familial

Une faible rentabilit qui ne motive pas

Ici, M.Hbert ne veut pas de coupe rase, comme cela peut-tre rgulirement ralis ailleurs mais il souhaite tout de mme produire du bois et mettre disposition de la ressource pour l’industrie. Il lui est donc propos une coupe irrgulire. Mais ce n’est pas simple. Pour sortir du bois de sa fort, il faut raliser des amnagements. Tout a a un cot. Et finalement, l’exploitation de Guy Hbert ne sera pas trs rentable. Aujourd’hui, malgr la vente de 1 000 mtres cubes de bois, il espre faire une opration blanche

Et il n’est pas le seul dans cette situation. Trois quarts des forts franaises appartiennent des propritaires privs. De nombreux propritaires ne savent mme pas qu’ils en possdent ou bien n’ont pas le temps ou la motivation pour s’en occuper. La France possde 16,7 millions d’hectares de fort, avec une progression de 0,7% par an depuis 1980. Pourtant dans le mme temps, elle importe plus de bois qu’elle n’en exporte, un dficit qui augmente depuis plusieurs annes et qui reprsente 8,6 milliards d’euros en 2021.




Article publi le 27 mai 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*