salue, la reprise par Veolia soulve des interrogations


Les acteurs de la collecte et du recyclage des papiers et cartons accueillent favorablement la reprise de la papeterie Chapelle-Darblay. Mais le projet port par Veolia soulve des questions, notamment au sujet du gisement disponible.

Le 10mai, la Mtropole Rouen Normandie a transfr au consortium Veolia-Fibre excellence la proprit et les actifs de la papeterie Chapelle-Darblay qu’elle avait prempte pour viter sa fermeture. Le dmantlement de ce site stratgique aurait amen de nombreuses collectivits enfouir ou brler leurs dchets papiers plutt qu’ les recycler, ou les envoyer en Belgique et en Allemagne, explique la collectivit. Jusqu’ sa mise l’arrt l’t 2020, le site transformait en papier journal un peu moins de 500000tonnes de vieux papiers.

Fait rare, syndicats et associations environnementales s’taient unis pour sauver le site implant Grand-Couronne (Seine-Maritime). Rassembls au sein du collectif Plus jamais a, Attac, Les Amis de la Terre, la CGT, la Confdration paysanne, Greenpeace ou encore Oxfam mettaient en avant l’impratif de conjuguer industrie avec progrs social et environnemental.

1,3million de tonnes excdentaires

Aujourd’hui, Veolia et Fibre excellence expliquent qu’ils vont convertir l’usine en unit de production de papier pour ondul (PPO). Cette transformation rpond l’volution de la demande franaise en papiers et cartons.

Il y a un an, le comit stratgique de filire (CSF) transformation et valorisation des dchets notait que la France faisait face un excdent de papiers et cartons recycler par rapport aux capacits de recyclage. Ce dcalage est d, en particulier, l’importation de produits manufacturs emballs et la fermeture des frontires chinoises qui ne permet plus de renvoyer une partie de la collecte pour y tre recycle. Pourtant, le taux d’incorporation de matire recycle dans les papiers et cartons produits en France varie entre 70 et 80%. En outre, cette reconversion rpond aussi au dclin de la demande en papier, conjugu la progression de la demande en carton.

 

partir de 2023, il y a un risque que les prix s’emballent, en passant d’un excdent de collecte un dficit
 

 

L’ensemble des acteurs interrogs par Actu-Environnement accueillent favorablement le projet. La Fdration des entreprises du recyclage (Federec), la Fdration nationale des activits de la dpollution et de l’environnement (Fnade), ainsi que le Cercle national du recyclage (CNR) saluent, de concert, la prservation d’un site capable de valoriser les papiers et cartons issus de leurs centres de tri. Surtout qu’actuellement la collecte est excdentaire: en 2020, elle a atteint 6,2millions de tonnes, rappelle Stphane Panou, prsident de la branche papiers et cartons de Federec, mais seulement 4,9millions de tonnes ont t absorbes par les papeteries franaises. Les 1,3million de tonnes excdentaires ont t exportes en Europe, surtout en Allemagne et en Espagne.

Trois projets importants

La Chapelle-Darblay offrira un nouveau dbouch en France pour les dchets en carton dont la collecte progresse, dope par le e-commerce et la volont de rduire l’usage du plastique dans le secteur de l’emballage, rsume Bertrand Bohain, dlgu gnral du CNR. Et cela d’autant plus que deux autres projets de production de PPO vont aboutir dans les prochaines annes. Le premier est celui du papetier belge VPK qui a repris l’usine de Double A, Alizay (Eure). Le site, jusqu’alors spcialis dans la production de papier de bureau, va tre converti en unit de production de PPO d’une capacit de 450000tonnes. Le second est la conversion partielle de la papeterie de Norske Skog, Gobley (Vosges). partir de 2024, le site devrait produire 550000tonnes de PPO, tout en maintenant une production de 330000tonnes de papier journal.

videmment, cette multiplication de projets satisfait les professionnels de la collecte et du tri des papiers et cartons. Au total, les trois sites devraient ncessiter des volumes qui dpassent largement le million de tonnes (on voque 600000tonnes pour chacun des deux projets les plus avancs et plusieurs centaines de milliers de tonnes pour Chapelle-Darblay). Cette demande supplmentaire s’ajoutera celle des sites franais, allemands, espagnols et belges qui ont pris le relai aprs l’arrt des exportations vers la Chine.

Hausse des prix

Jan Le Moux, qui reprsente la fois l’Alliance recyclage (la fdration des industries consommatrices de mtaux, verre et papiers-cartons issus du tri) et la Copacel (la fdration des producteurs de papiers et cartons), craint une logique inflationniste. Il explique que, depuis le point bas enregistr dbut2020, les prix de reprise des dchets de papiers et cartons sont remonts 110euros par tonne (€/t) en janvier2021, puis 180€/t en mars2022. Cette pression devrait surtout bnficier trois catgories de papiers et cartons, confirme Stphane Panou: les cartons industriels (sorte 1.05), les papiers-cartons mls tris ou gros de magasin (sorte 1.02) et les emballages mnagers (sortes 1.04 ou 5.02). Et de confirmer que le cours de la sorte 1.05 est pass de 25 €/t, en janvier 2020, 190 €/t, aujourd’hui.

partir de 2023, il y a un risque que les prix s’emballent, en passant d’un excdent de collecte un dficit, admet Federec, qui sur le sujet reprsente les vendeurs de matire. Et d’ajouter que, de l’autre ct, les producteurs sont aussi capables de transfrer la hausse des cots aux consommateurs. Dops notamment par la hausse du prix de l’nergie, le prix des produits finis a progress de 150 €/t au cours des six derniers mois, alors que le prix des cartons recycler (le 1.05) n’a progress que de 60€/t.

Une demande de contractualisation

Et les acteurs semblent se mettre en ordre de marche pour rpondre ces nouvelles conditions de march. Traditionnellement, les papeteries ne passent pas de contrats long terme avec les oprateurs du tri. Les lots s’changent au fil du temps, aux prix du march. Tout au plus y a-t-il quelques accords sur des volumes tals dans le temps. Mais actuellement, nos adhrents sont sollicits par des papetiers qui demandent activement contractualiser, constate le prsident de la branche papiers et cartons de Federec.

Enfin, la reprise de la Chapelle-Darblay interroge aussi sur la concentration venir des producteurs de cartons dans l’Ouest de la France. Federec note, qu’ terme, il y aura trois gros producteurs de PPO dans un rayon de 100km autour de Rouen: la Chapelle-Darblay, VPK, Alizay, et DS Smith, Rouen (qui produit prs de 300000tonnes par an). Rien n’indique que ces capacits trouvent aisment les dchets de carton dont elles auront besoin.

D’ailleurs, en juin 2021, lorsque VPK reprenait le site d’Alizay, au dtriment de la Chapelle-Darblay qui tait en balance, Bercy considrait implicitement que le choix de VPK condamnait la Chapelle-Darblay. Dsormais, il sera difficile pour deux projets d’usines de papier-carton de coexister quelques kilomtres de distance, expliquait aux chos le ministre de l’Industrie.

Article publi le 25 mai 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*