Moins de surpche, mais plus de rchauffement climatique: les poissons restent menacs


La protection des poissons doit dcidment faire face des courants contraires. Si la surpche recule globalement, constate l’Ifremer, dans son rapport publi mardi 24mai, l’objectif europen de pratiques 100% durables en 2020 n’a toujours pas t atteint. La situation demeure, en outre, trs contraste selon les rgions. Ainsi, seules 28% des populations restent surexploites en Atlantique Nord-Est. En constante augmentation depuis 2007, la biomasse des poissons les mieux suivis scientifiquement s’est accrue de 33%, en valeur, en 2020, par rapport au dbut des annes2000.

   

volution des populations de poissons en Europe ces dernires annes.
© Ifremer

 

   

Pour les autres populations, elle pourrait tre de + 50% en moyenne. En dpit de lgers signes d’amlioration ces dernires annes, la situation reste, en revanche, proccupante en Mditerrane europenne. La pression de pche y demeure trs leve: prs du double de la valeur cible prconise pour une gestion durable. Au total, 29 des 34 populations de poissons values restent surexploites, soit 86%, tandis que de nombreuses espces sont toujours insuffisamment suivies.

Rpartition modifie, alimentation diminue, croissance freine Les poissons souffrent, par ailleurs, d’un excs de CO2 dans l’eau de mer et de l’acidification des milieux, rsultante du changement climatique. Ce phnomne provoque la diminution de la concentration des eaux en carbonate de calcium, lment ncessaire au plancton, aux coraux et aux mollusques, mais aussi aux autres organismes marins calcifiants qui en ont besoin pour construire leur coquille ou leur squelette. L’augmentation de la temprature de l’eau limite aussi le brassage entre les couches suprieures et les couches plus profondes de l’ocan, ce qui rduit l’oxygne et la quantit de plancton disponible, premier maillon de la chane alimentaire.

partir des modles climatiques tablis par le Giec, les scientifiques ont calcul que la baisse de biomasse d’animaux marins pourrait atteindre 20% en moyenne d’ici la fin du sicle. Ce bilan a t dress dans le cadre de la prsidence franaise du Conseil de l’Union europenne, en partenariat avec le ple halieutique, mer et littoral de l’Institut Agro, l’Institut flamand de recherche pour l’agriculture, la pche et l’alimentation (ILVO) et l’organisme de recherche irlandais Marine Institute.



Article publi le 25 mai 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*