la COP 15 met la question foncire l’ordre du jour


Parmi les dcisions adoptes par la 15e Confrence des parties la Convention sur la dsertification figure la question du rgime foncier des terres. Un sujet bien souvent cart des grands conventions internationales car jug trop sensible.

Des trois conventions issues du Sommet de la Terre de 1992, Rio de Janeiro, c’est certainement la moins connue. La Convention des Nations unies sur la lutte contre la dsertification (UNCCD) passe un peu sous le radar des mdias, plus attirs par celles consacres aux changements climatiques (Ccnucc) ou la biodiversit (CDB). Elle a pourtant tenu sa 15e Confrence des parties (COP15), du 9 au 20mai, Abidjan (Cte d’Ivoire).

Qu’est-il ressorti de cette COP qui a affich l’objectif de restaurer un milliard d’hectares de terres dgrades d’ici 2030? Un bilan assez dcevant, en croire les diffrents observateurs, les tats parties la Convention se contentant d’un engagement acclrer cette restauration. Parmi les 38dcisions adoptes, on notera toutefois celle portant sur l’occupation des terres.

Une question cruciale pour combattre la dsertification. Ce n’est qu’en mettant le pouvoir entre les mains de personnes dont la vie dpend de la terre que nous pourrons parvenir un dveloppement inclusif et durable qui « ne laisse personne de ct« , explique la Coalition internationale pour l’accs la terre (ILC), qui a adopt sa stratgie pour la priode 2022 2030.

S’attaquer l’inscurit foncire

Les pays s’attaqueront l’inscurit foncire , avaient annonc le secrtaire excutif de l’UNCCD, Ibrahim Thiaw, et le prsident de la COP14, lors de la tenue de cette confrence en septembre 2019, New Delhi (Inde). Les parties la Convention avaient alors adopt une premire dcision portant sur cette question. Lors de la COP15, ils ont adopt une nouvelle dcision sur l’occupation des terres. Par ce document, ils appellent les 197tats parties prendre en compte cette question dans les politiques de lutte contre la dsertification et soutenir les droits lgitimes cette occupation, en particulier par des populations vulnrables.

 

L’important, c’est que la question foncire soit traite dans les sujets qui concernent la dgradation des terres.
 

Manon Albagnac, reprsentante du panel des organisations de la socit civile auprs de l’UNCCD

 

La dclaration mentionne le guide technique visant intgrer les directives volontaires pour une gouvernance responsable des rgimes fonciers. Ce guide, publi le 6mai 2022, a t produit conjointement par les secrtariats de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et de l’UNCCD. On attend du secrtariat qu’il mette disposition plus de supports et d’outils de sensibilisation sur cette question, car ce guide est un peu imbuvable, ragit Manon Albagnac, reprsentante du panel des organisations de la socit civile auprs de l’UNCCD. Un maximum de gens doivent pouvoir s’emparer de ces questions-l pour faire ensuite pression sur leur gouvernement pour qu’il mette en uvre la Convention , ajoute cette membre de l’association Cari, association de solidarit internationale investie dans la lutte contre la dsertification.

Mettre en uvre un plan d’actions

La dcision adopte invite aussi le secrtariat de la Convention mettre en uvre une stratgie et un plan d’action relatifs l’occupation des terres. Le fait qu’ait t abord le rgime foncier, qui est une question cruciale, mais politiquement sensible, que d’autres conventions ont tendance viter, est un signe du rle jou par les organisations de la socit civile dans l’agenda de cette COP, rapporte l’Institut international pour l’environnement durable (IISD).

C’est bien, car cela donne mandat au secrtariat pour accompagner les tats et les aider sur les questions foncires. Mais, a n’est pas tellement engageant , explique Manon Albagnac. On plaide pour que cette question foncire soit aborde de manire plus transversale. Il faudrait qu’un indicateur sur le foncier soit intgr dans les rapports que fournissent les pays sur la mise en uvre de la Convention , ajoute la reprsentante associative.

galit des sexes pour une restauration des terres

Les participants la COP15 ont galement adopt la Dclaration d’Abidjan sur la ralisation de l’galit des sexes pour une restauration russies des terres. Par cette dclaration, ils s’engagent renforcer leurs efforts communs pour identifier et liminer toutes les formes de discrimination l’gard des femmes dans le cadre de la lutte contre la dsertification, la dgradation des terres et la scheresse. Et ce, en lien avec la scurit et l’accs au foncier, et les autres formes de proprit et d’hritage.

Le problme, l’chelle mondiale, c’est que ceux qui cultivent principalement la terre, savoir bien souvent les femmes, ne sont pas propritaires des terres, explique Manon Albagnac. Il n’y a pas de rgle idale en la matire, nuance-t-elle, mais ce qui est important, c’est que la question foncire soit traite dans les sujets qui concernent la dgradation des terres. On ne peut parler d’agrocologie si on ne parle pas de foncier. 

Reste voir si ce message sera mieux pris en compte par les tats l’avenir. Rendez-vous est d’ores et dj pris pour constater leurs progrs lors de la COP16, en 2024, en Arabie saoudite.







Article publi le 23 mai 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*