Carte de la scheresse de l’t 2022: 69 dpartements concerns


La carte de la scheresse a t dvoile lors du dernier Comit d’anticipation et de suivi hydrologique. 69dpartements seront concerns, dont 22 particulirement exposs. Certaines orientations prises par le gouvernement ne convainquent pas.

Les prvisions l’annonaient dj et la tendance dsormais se confirme: l’t 2022 devrait tre marqu par la scheresse. La carte des territoires risque vient d’tre publie par le ministre de la Transition cologique. Elle montre que 22 dpartements sont un niveau de risque scheresse trs probable (contre 16 la mme priode l’anne dernire), 47 probable (contre 67 en 2021) et 28 possible (14 en 2021).

Cette carte a t prsente l’occasion du dernier Comit d’anticipation et de suivi hydrologique (Cash), runi mercredi 18 mai. Cr en 2021, ce rendez-vous ambitionne de mieux anticiper les pisodes de scheresse. Alors que l’hiver a t plus sec que la normale et que le dficit pluviomtrique s’est poursuivi en avril, la scheresse des sols s’est installe prcocement sur le territoire national , a point le ministre de la Transition cologique. En effet, selon Mto-France, les cumuls de pluie sont dficitaires par rapport la normale depuis septembre ( l’exception du mois de dcembre) sur une grande partie du territoire. Pour le seul mois d’avril, le dficit atteint 25% en moyenne.

   

Carte de la scheresse pour l’t 2022
© Ministre de la Transition cologique

 

   

Les rgions les plus concernessont: Provence-Alpes-Ctes d’Azur (Paca), le Grand-Est, le nord de la Nouvelle-Aquitaine, Auvergne-Rhne-Alpes, la Bretagne et le pourtour de la Corse.

De la mme manire, les sols superficiels se sont asschs sur la majeure partie du pays. En particulier en rgion Paca, en Corse, dans le Nord-Est et le Poitou. l’inverse, ils se sont humidifis sur le Languedoc-Roussillon et restent souvent humides sur le nord des Alpes et le long des Pyrnes.

Une situation des nappes proccupantes dans certains territoires

Dans le mme temps, la priode de recharge des nappes a t courte. La priode de vidange a dbut ds janvier-fvrier, avec deux à trois mois d’avance. En avril, les niveaux des nappes sont gnralement en baisse, à l’exception des secteurs les plus arross du Sud-Ouest, d’Occitanie, de Corse et du Nord-Est, indique le BRGM dans son bulletin de situationhydrogologique.La situation est particulirement proccupante, avec des niveaux bas à trs bas localement, sur les nappes entre Vende, Maine et Touraine ainsi que sur les nappes de la Cte d’Azur, de Provence et du sud de la Drme.

Certains territoires ont dj pris des mesures de restrictions : au 19 mai, 54 dpartements taient couverts par des arrts scheresse, dont 16 en alerte, alerte renforce ou crise (Bouches-du-Rhne).

Et les scnarios de tendance climatique de Mto-France pour les mois de mai et juin ne sont pas encourageants: ils continuent de privilgier un cas de figure avec des tempratures plus chaudes que la normale et plus sec dans le sud de la France.

Des mesures ont t prises pour mieux grer la scheresse, notamment un nouveau cadre rglementaire travers le dcret du 24juin, qui prvoit pour cela des volutions structurelles et de gestion de crise. Et lors du dernier Cash, Brangre Abba, alors secrtaire d’tat charge de la Biodiversit, avait annonc la prparation d’un systme d’alertes personnalises en ligne ainsi qu’un exercice national de gestion de crise, sur la base d’un scnario d’pisode de scheresse intense conscutif une canicule.

La cration ou l’optimisation des retenues divise toujours

Toutefois, lors du dernier rendez-vous de mars dernier, le ministre de la Transition cologique n’a pas annonc de nouvelles initiatives. Afin de limiter les effets de la scheresse, l’objectif est d’anticiper les mesures ncessaires la prservation de la ressource en eau et de veiller aux enjeux d’accs l’eau potable et de salubrit publique tout en restant attentif aux enjeux des activits agricoles et nergtiques, a-t-il seulement indiqu.

La feuille de route dugouvernement compte sur quatre levierspour faire face aux risques de scheresse: tout d’abord, un accompagnement des filires agricoles dans leur stratgie d’adaptation au changement climatique. Il vise aussi un soutien aux collectivits territoriales dans leurs initiatives pour conomiser l’eau (dont la rduction des fuites et les interconnexions de scurit entre les rseaux). Le gouvernement compte galement amliorer la rsilience des milieux naturels, notamment en dsimpermabilisant les espaces urbains et en infiltrant la source les eaux pluviales. Le dernier axe s’appuie sur une gestion de la ressource dans les territoires, notamment travers les solutions fondes sur la nature, la rutilisation des eaux uses traites et l’optimisation des retenues existantes ou la cration de nouvelles.

Une orientation qui ne rassure pas France nature environnement.L’association a consult les donnes du recensement agricole pour 2020 et dplore l’augmentation des surfaces irrigues. En France mtropolitaine, on constate une augmentation de 14% de la surface irrigue entre 2010 et 2020, note FNE.Certaines rgions dj en grand dficit hydrique augmentent ainsi la pression sur leurs ressources.  L’association prend ainsi l’exemple de la rgion Occitanie, qui voit une progression de 12,9% de sa surface agricole utile irrigue, ainsi que des Hauts-de-France, o l’irrigation a augment de prs de 78% pour une surface agricole utile quivalente.

La scheresse actuelle nous oblige regarder la situation en face. Il y a un vrai risque que les cumuls de nouveaux prlvements pour l’irrigation soient incompatibles avec l’effondrement des ressources en eau disponibles,alerteFlorence Denier-Pasquier, administratricede FNE et spcialiste de la gestion quantitative de l’eau. Le changement climatique volue vite et il est urgent d’avoir une politique beaucoup plus cohrente de gestion quantitative de l’eau.
















Article publi le 19 mai 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*