les solutions de la Commission europenne pour se passer des nergies russes


Afin d’aider les tats membres s’affranchir de leur dpendance vis–vis de la Russie, la Commission europenne prsente aujourd’hui son plan REPowerEU, ax en partie sur les conomies d’nergie et le dveloppement des renouvelables.

C’est une mobilisation sans prcdent en faveur de l’efficacit nergtique et des nergies renouvelables que propose, ce mercredi 18 juin, la Commission europenne, dans le cadre de son plan REPowerEU. Outre les mesures de stockage du gaz et de diversification de son approvisionnement, Bruxelles rvle, en effet, toute une srie de nouvelles initiatives, censes assurer une rduction des consommations d’nergie de 13% l’horizon de 2030, au lieu des 9% initialement prvus dans le paquet Fit-for-55. Un objectif atteignable, selon la Commission, pour peu que soient mobiliss tous les secteurs conomiques (nergie, btiment ou transports), les rgions, les villes et les citoyens eux-mmes.

Efficacit dans tous les domaines

Tltravail, rduction de la vitesse sur les routes, covoiturage, amlioration des transports collectifs, baisse du chauffage galement lists par l’Agence internationale de l’nergie (AIE), les leviers ne manquent pas. Afin d’inciter les mnages et les industriels changer de comportement, la Commission encourage les tats membres lancer des campagnes de communication spciales. Elle recommande galement des mesures fiscales, telles que des taux de TVA rduits sur les systmes de chauffage conomes en nergie ou sur l’isolation des btiments. Marie Toussaint, eurodput du groupe des Verts-Alliance libre europenne, salue ces mesures, mme si le texte aurait pu, selon elle, pousser jusqu’ 20%.  C’est bien sur l’efficacit nergtique qu’il faut investir en premier , prne-t-elle. Directeur du centre nergie de l’Institut Jacques-Delors, Thomas Pellerin-Carlin approuve: Pour sortir de leur dpendance la Russie, les Europens doivent activer les leviers qu’ils contrlent vraiment (). Le tout en six mois, avant l’arrive de l’hiver.

Deux fois plus de solaire

Cumulant une capacit de 1236gigawatts (GW) en 2030, contre 511 aujourd’hui, les nergies renouvelables devront, quant elles, atteindre 45% du total cette date, au lieu des 40% pralablement envisags par le paquet Fit-for-55. Dans ce domaine, la Commission prconise une stratgie en deux temps. Rapide dvelopper, le solaire serait d’abord favoris. En instaurant progressivement l’obligation lgale d’installer des panneaux solaires sur les nouveaux btiments, publics, commerciaux et rsidentiels, notamment, sa capacit pourrait doubler d’ici 2025, pour totaliser 600GW en 2030. La multiplication par deux du nombre des pompes chaleur est galement vise, ainsi que l’intgration de la gothermie et du solaire thermique dans les systmes de chauffage urbains et collectifs. Le matre-mot, c’est l’urgence, constate Adina Revol, porte-parole de la reprsentation de la Commission europenne en France. L’interruption des livraisons gazires en Bulgarie ou en Pologne montre quel point il faut agir vite. 

L’intrt suprieur valoris

 

Pour sortir de leur dpendance la Russie, les Europens doivent activer les leviers qu’ils contrlent vraiment (), le tout en six mois
 

Thomas Pellerin-Carlin, directeur du centre nergie de l’Institut Jacques-Delors

 

Plus longue faire aboutir, la solution de l’olien n’est pas pour autant mise de ct. Au contraire, la Commission envisage de publier une recommandation pour lutter contre la lenteur et la complexit des demandes d’autorisations. Le 13juin, elle compte aussi runir des experts et des reprsentants des tats membres afin d’changer sur les leviers adopter, y compris celui de la participation citoyenne. L’institution prpare par ailleurs une modification cible de la directive sur les nergies renouvelables considrant ces dernires comme un intrt public suprieur. Elle imagine galement la mise en place par les tats membres de zones de rfrence spciales, dans les zones prsentant des risques environnementaux moindres, assorties de procdures d’autorisation raccourcies et simplifies. Ct hydrogne renouvelable, avec l’ambition d’en produire 10millions de tonnes et d’en importer tout autant d’ici 2030, REPowerEU insiste sur la ncessit de dfinir un cadre rglementaire et de normes pour cette molcule, ainsi que d’acclrer sur l’valuation des projets PIIEC. Une centaine d’entre eux devraient tre valids avant l’t. Quant au biomthane, il devrait voir sa production atteindre 35milliards de mtre cubes d’ici 2030, grce un plan d’action particulier, qui encouragera notamment la cration d’une alliance industrielle dans ce secteur.

Une chaine de valeur renforce

Ces ambitions mettent en lumire l’ampleur du dfi industriel relever: fabrication d’lectrolyseurs, de pompes chaleur, de panneaux photovoltaques, recherche sur la recyclabilit, amlioration des matriaux critiques La Commission annonce donc le lancement d’une alliance europenne pour le solaire et encourage le dveloppement de partenariats sur les chanes de valeur, particulirement dans le secteur des mtaux et des rsines. Elle soutiendra aussi les partenariats dans le domaine des comptences.

Enfin, dans le cadre de la diversification des approvisionnements en gaz ou en GNL et afin d’assurer un maillage suffisant du territoire, REPowerEU prvoit de soutenir l’adaptation des infrastructures d’acheminement ou de stockage du gaz, hauteur de 10 milliards d’euros, au nord de l’Allemagne, en Europe centrale et orientale, notamment. Ce choix fait grincer des dents certaines ONG, comme ClientEarth, et le groupe des Verts au Parlement, qui craignent de gaspiller des investissements plus utiles ailleurs et d’enfermer l’Europe dans ce modle gazier dpasser. La poursuite de l’expansion des combustibles fossiles n’est pas la solution, protestent les reprsentants de ClientEarth. L’introduction de plus de combustibles fossiles, y compris le gaz, ne contribuera pas attnuer la crise nergtique assez rapidement pour empcher les gens de souffrir au cours de l’hiver venir. La Commission, pour sa part, insiste sur le ciblage de ces investissements limits qui pourront par ailleurs servir ultrieurement pour l’hydrogne vert.

Des transformations structurelles profondes

Cot total de ces investissements : 210milliards d’euros d’ici 2027. Dbattues lors de la runion extraordinaire du Conseil europen, les 30 et 31 mai prochains, ces propositions devraient constituer le volet oprationnel des lignes directives prsentes en mars dernier. Pour Adina Revol, porte-parole de la reprsentation de la Commission europenne en France, elles annoncent de vritables transformations structurelles pour 2027 2030. Elles devraient en effet rehausser les ambitions des plans climat des tats membres, attendus en juin2023. Elles pourraient galement jouer un rle dans les derniers ajustements du paquet  Fit-for-55  consacr au combat climatique, prvus en juillet prochain, mais aussi dans les rvisions en cours de la directive sur l’efficacit nergtique. condition, selon Marie Toussaint, que le Conseil ne recule pas devant quelques mesures plus contraignantes, et sous rserve, selon Adina Revol, de faire jouer au maximum la solidarit entre les pays. Aucun tat ne peut relever le dfi seul. L’valuation et la planification des besoins, la dfinition des modalits mettre en uvre doivent se faire en commun pour rester ralisables et abordables , insiste-t-elle.







Article publi le 18 mai 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*