vers une plus grande dpendance nergtique la Russie ?


Un rapport de Greenpeace a examin les consquences de l’inclusion du gaz et du nuclaire dans la classification des activits conomiques durables. Selon l’association, elle renforcerait la dpendance nergtique la Russie.

L’inclusion du gaz fossile et du nuclaire dans la taxonomie verte europenne pourrait renforcer notre dpendance nergtique la Russie, selon un rapport de Greenpeace France, publi le 17mai, la veille de la prsentation par la Commission europenne de nouvelles mesures pour s’affranchir des nergies fossiles russes.

Cette classification des activits conomiques durable vise permettre aux acteurs conomiques et aux investisseurs d’identifier les activits considres comme vertes et prendre leurs dcisions d’investissement en connaissance de cause. Une inclusion reprsente donc un enjeu important pour ces dernires.

 

Cet acte est une aubaine pour la Russie et pourrait l’aider financer la guerre mene par V. Poutine en Ukraine tout en renforant son pouvoir de ngociation avec l’Europe
 

 

Exercice de longue haleine, les rgles de cette taxonomie sont toujours en cours d’laboration, dont un acte dlgu, prsent en fvrier dernier, qui y inclut le gaz et le nuclaire en tant qu’nergies de transition. L’acte dlgu de la Commission de fvrier 2022 ne fait que renforcer la dpendance europenne envers le gaz, l’uranium, les quipements et les services nuclaires russes, et il minera tout effort dploy par l’UE pour s’affranchir de la Russie, estime l’association. Cet acte est une aubaine pour la Russie et pourrait l’aider financer la guerre mene par V.Poutine en Ukraine, tout en renforant son pouvoir de ngociation avec l’Europe. 

L’association souligne que cette intgration ouvre la porte une augmentation des investissements destination des entreprises russes. La Russie pourrait gagner 4milliards d’euros supplmentaires par an via de nouveaux projets gaziers financs grce la taxonomie europenne, pour un total de 32milliards d’euros d’ici 2030, estime Greenpeace France. L’inclusion de l’nergie nuclaire dans cette liste permettrait Rosatom -socit d’nergie nuclaire publique russe ayant des liens commerciaux troits avec l’industrie nuclaire europenne, et notamment franaise- de bnficier d’une part importante des investissements potentiels dans le nuclaire, estims 500milliards d’euros.

Un acte probablement vot par le Parlement cet t

Dans son rapport, l’association pointe galement un lobbying important ralis pour cette inclusion et des liens entre les entreprises russes et des hauts fonctionnaires de l’Union europenne. Elle a ainsi relev au moins dix-huit rencontres, soit directes, soit par l’intermdiaire de filiales et de groupes de pression depuis que la Commission a publi son plan d’action sur la finance durable en mars2018.

Reste voir la position adopte par le Parlement. Les prochaines tapes pour l’acte dlgu sont le vote, en juin, en commission du Parlement europen, suivi du vote en plnire, en juillet.

Ce document devrait nanmoins tre adopt en l’tat, mme si certains tats membres comme l’Allemagne se sont positionns contre, notamment en raison de la prsence du nuclaire.  Les dernires annonces de l’Allemagne sont comprendre symboliquement. Elle se positionne officiellement contre l’acte dlgu, qui ne peut plus rellement tre bloqu ce stade, indique Murielle Gagnebin, cheffe de projet politique nergtique UE, France-Allemagne l’institut Agora Energiewende. Cela requrait une majorit qualifie renforce au Conseil de l’UE (donc au moins 72% des tats membres (soit 20) reprsentant au moins 65% de la population de l’UE).

L’Allemagne a toutefois indiqu qu’elle ne prendra pas part des actions juridiques auprs de la Cour de justice de l’Union europenne (CJUE), comme l’envisagerait l’Autriche notamment.



Article publi le 17 mai 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*