Une sylviculture moins brutale pour favoriser la biodiversit


La coupe rase est souvent privilgie en sylviculture pour des raisons conomiques. Mais elle engendre des consquences nfastes sur la biodiversit. L’ONF mne une exprimentation pour valuer une nouvelle mthode de coupe. Reportage vido.

La coupe rase, ou coupe blanc, aurait des impacts divers sur la biodiversit. La brutalit avec laquelle s’effectue ce type d’opration ne laisse que trs peu de temps l’cosystme forestier pour s’adapter aux changements occasionns: choc thermique, vent, luminosit. La faune du sol serait particulirement touche et de nombreux insectes trs perturbs. Les terres mises nu entraineraient une certaine rosion du sol, dj fortement compact par les machines utilises pour ce genre de travaux.

La coupe rase est galement mal vue de la population, en particulier par les habitants proches des zones forestires. En effet, le paysage se trouve totalement transform aprs une intervention sur plusieurs hectares, passant d’une fort un champ o il ne reste plus que quelques dbris de bois, des souches coupes et souvent des ornires que les vhicules lourds ont faonnes.

Mais d’autres mthodes sylvicoles existent, dont certaines sont exprimentes. C’est le cas sur une parcelle de la fort domaniale du pic Saint-Loup (Hrault), gre par l’ONF. Voir le reportage vido.

Un suivi de terrain durant quinze ans

Conservation de corridors cologiques, d’arbres patrimoniaux, d’arbustes de sous-bois, de bois mort au sol, de quelques souches hautes, de murets et de tas de pierre Ce projet atypique doit tre analys sur le long terme pour valuer les intrts cologiques de cet itinraire sylvicole. Des inventaires forestiers et faunistiques ont t raliss avant les travaux et des suivis seront effectus durant une quinzaine d’annes. Les cots vont aussi tre valus, mais on peut dj dire qu’ils seront nettement suprieurs ceux d’une coupe rase. voir dans quelles conditions cette mthode alternative trouvera sa place.

Cette exprimentation intgre le projet Ceres, qui runit des gestionnaires d’espaces naturels, des laboratoires de recherche et des structures techniques. Il rassemble trois pays, la France, l’Espagne et le Portugal. Un projet qui entend notamment dvelopper des connaissances sur la connectivit des cosystmes, avec un budget de 1,2 million d’euros sur trois ans, cofinanc hauteur de 75% par le Fonds europen de dveloppement rgional (Feder).

Article publi le 06 mai 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*