les eurodputs esquivent le dbat


Faut-il interdire la pche par des chaluts de fond dans les aires marines protges (AMP)? C’est la position que souhaitait porter l’eurodpute cologiste Caroline Roose devant le Parlement europen runi en session plnire, le 3mai, Strasbourg, dans le cadre de l’adoption d’un rapport d’initiative sur l’conomie bleue.

Aujourd’hui, moins de 1% des eaux de l’UE sont effectivement protges contre les mthodes de pche destructrices telles que le chalutage de fond. La situation dsastreuse des AMP europennes est en contradiction avec les normes de protection marine tablies par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), qui stipulent clairement qu’aucune pche destructrice ni aucune activit d’extraction industrielle ne doivent tre autorises dans une aire marine protge , explique l’association Bloom, qui soutenait cette interdiction.

Mais le dbat sur cette question n’a pu avoir lieu. La faute, selon l’association, un amendement anti-cologique dpos par l’eurodput Renaissance Pierre Karleskind, prsident de la commission pche, qui a fait tomber celui de Caroline Roose. la suite d’une mobilisation citoyenne lance par Bloom, la semaine prcdant le vote, M. Karleskind avait annonc une rcriture de son amendement qui ne proposait qu’une interdiction limite des pratiques de pche nfastes pour la biodiversit. Mais c’est pourtant l’amendement originel qui a t finalement adopt.

Le prsident Renaissance de la commission environnement, Pascal Canfin, avait rdig un amendement de compromis, estimant qu’une interdiction du chalutage de fond dans l’ensemble des aires marines protges n’avait aucun chance d’tre adopte. Mais il ne l’a finalement pas dpos aprs avoir constat qu’il n’aurait pas de majorit. Cet amendement () a fait face une double opposition, celle du lobby de la pche industrielle, en particulier Europche (), qui a toujours du mal concevoir que, s’il n’y a plus de poissons, il n’y a plus de pcheurs, et, de l’autre, d’cologistes qui se drapent dans une radicalit qui ne dclenche aucun chemin de transformation concret , explique M. Canfin.

L’association Bloom dnonce cette mdiocrit dcisionnelle , mais ne s’estime pas battue pour autant. Ce rsultat de vote non juridiquement contraignant ne devrait pas empcher la Commission europenne de prendre des mesures urgentes pour prserver l’environnement marin , estime l’ONG. Seules des AMP efficaces et rellement protges peuvent permettre l’UE de tenir ses engagements ambitieux en matire de biodiversit et de climat , avertit Bloom.


Article publi le 04 mai 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*