le public rejette la zone propose par l’tat pour le parc d’Olron


Les citoyens consults pour identifier une zone prfrentielle d’implantation du futur parc olien au large de l’le d’Olron souhaitent que la priorit soit donne la biodiversit. La zone propose par l’tat essuie donc un rejet presque unanime.

Aprs le dbat EOS , en janvier dernier, une nouvelle consultation pour un projet olien en mer s’est termine sans rponse donner aux attentes de l’tat. Le dbat public oliennes en mer de Nouvelle-Aquitaine concernant le projet d’installation d’un parc au large de l’le d’Olron (Charente-Maritime) s’est conclu sans recommander de zones d’implantation prfrentielles. Aucun consentement, mme sous de svres conditions touchant l’environnement et la pche, n’est envisageable dans la zone d’tude initiale de 300kilomtres carrs, voire dans la zone largie, et inenvisageable dans la zone du parc naturel marin (de l’estuaire de la Gironde et de la mer des Pertuis), rapporte la commission particulire du dbat.

voqu une premire fois en novembre2016, avant d’tre dcid pour de bon en dcembre2020, le projet vise, pour rappel, construire un parc d’au moins 35 70oliennes poses, de 260mtres de haut, entre 10 et 30kilomtres au sud-ouest de l’le. La puissance de ce premier site, qui devrait occuper une superficie d’environ 120km2, oscillerait entre 500mgawatts (MW) et un gigawatt (GW), une fois mis en service d’ici 2030. L’tat envisage, en outre, d’installer un second parc, d’une capacit de 1GW, proximit. La consultation publique, mise en place par la Commission nationale du dbat public (CNDP), le 30 septembre 2021, avait ainsi pour but, d’une part, d’identifier une zone prfrentielle d’implantation du premier parc, au sein d’une zone d’tude propose de 300km2, largie ensuite 743km2, et, d’autre part, de juger la pertinence d’un second parc.

La protection de l’environnement avant tout

   

Superficie des diffrentes zones protges de la zone maritime comprenant le primtre d’implantation du parc olien d’Olron.
© CNDP

 

   

Le primtre pr-identifi se situe au sein de deux zones classes: le parc naturel marin de l’estuaire de la Gironde et de la mer des Pertuis et une zone de protection spciale (ZPS) associe au rseau europen Natura2000. Ce positionnement, problmatique du point de vue environnemental, constitue l’une des principales raisons du rejet presque unanime de la zone propose par l’tat. Les quelque 16000personnes consultes jusqu’au 28fvrier dernier le plus large public pour un tel dbat  n’ont, ni compris, ni admis que la matrise d’ouvrage puisse seulement oser proposer une localisation dans un espace dont la richesse et la fragilit sont reconnues par sa classification en zone Natura2000 , atteste Chantal Jouanno, prsidente de la CNDP, dans son bilan du dbat. Cette dernire souligne, par ailleurs, la faiblesse des tudes environnementales disponibles sur la zone propose, s’agissant de l’effet potentiel d’un tel projet sur la biodiversit locale.

Il apparat inconcevable que la zone d’tude pour l’implantation d’oliennes se situe au moins au-dessous d’une trentaine de kilomtres du littoral d’Olron, notamment au regard de l’extrme richesse des biotopes en zone littorale (comprenant notamment le puffin des Balares, espce en danger critique d’extinction), et du paysage, ajoute la commission particulire du dbat dans son rapport. Un sentiment partag par Dominique Chevillon, vice-prsident de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO): il est compltement incohrent de vouloir, d’un ct, protger cette zone pour sa richesse cologique et, de l’autre, y construire de telles infrastructures.

Vers une implantation encore plus au large?

 

Il est compltement incohrent de vouloir d’un ct protger cette zone pour sa richesse cologique, et de l’autre y construire de telles infrastructures
 

 

Par consquent, pour les citoyens consults, la condition de faisabilit du projet consiste en son glissement plus loin en mer. La majorit des participants au dbat recommande aux pouvoirs publics d’viter le parc naturel marin, voire de sortir compltement de la zone Natura2000, et de dclasser une partie de la zone militaire d’exclusion afin d’augmenter la zone potentielle d’implantation en dehors des zones protges. L’tat doit se prononcer sur l’intangibilit gographique de ces zones d’exclusion ou sur leur aptitude pouvoir tre adaptes des projets oliens, prconise la commission. Pour la LPO, cette absolue priorit donne l’environnement laisse esprer que s’ouvre une nouvelle re dans la gouvernance de ces projets oliens, avec une meilleure prise en compte des enjeux et des attentes socitales en matire de protection de la biodiversit頻.

Pour accompagner ces recommandations, la majorit des habitants de l’le d’Olron et de l’le de R (situe au nord de cette dernire) sont favorables un scnario alternatif: installer des oliennes flottantes trs au large, c’est–dire plus de 50km du littoral. Cette option a cependant des inconvnients. Les cots des technologies et du raccordement seront assurment plus levs pour un parc flottant que les trois milliards d’euros budgts pour le projet en l’tat. La matrise d’ouvrage, comprenant les ministres de la Transition cologique et de la Mer, a dsormais jusqu’au 28juillet 2022 pour rendre sa dcision et enclencher, ou non, la procdure d’appel d’offres proprement dite. Si tel est le cas, le projet devrait tre attribu avant la fin de l’anne.












Article publi le 02 mai 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*