le Sedif et Grand Paris Sud actent l’arrt du projet d’osmose inverse


LeSyndicat des eaux d’le-de-France (Sedif) et la communaut d’agglomration Grand Paris Sud se sont mis d’accord pour ne pas lancer le projet d’osmose inverse basse pression (OIBP) sur l’usine de production d’eau potable d’Arvigny (Seine-et-Marne). Lors d’une rencontre, les lus des deux institutions ont remis plat leur vision du territoire en matire d’approvisionnement en eau potable. Avec cet quipement pilote, le Sedif visait la distribution d’une eau moins chlore, moins calcaire et, l’esprait-il, moins charge en micropolluants. Un choix contest toutefois par desassociations environnementaleset des lus, dont ceux de lacommunaut d’agglomration Grand Paris Sud, pour son cot environnemental et financier. Le projet n’avait d’ailleurs pas obtenu l’aval du prfet en janvier dernier.

Si le Sedif renonce au site pilote d’Arvigny, il va toutefois dployer la technologie de OIBP sur ses trois usines principales: Choisy-le-Roi, Mry-sur-Oise et Neuilly-sur-Marne. L’usine [d’Arvigny] demeurera cependant un ouvrage essentiel de scurisation mutuelle et d’ultime secours avec les autres autorits organisatrices, prcise le syndicat.

Les deux entits ont par ailleurs confirm leur volont de travailler avec l’ensemble des autorits organisatrices de petite et grande couronne une organisation de l’alimentation en eau des Franciliens qui soit cohrente, cooprante et une chelle adapte, tout en respectant les quilibres actuels et l’intgrit des rseaux hydrauliques.


Article publi le 29 avril 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*