Rintroduire certains mammifres peut restaurer des cosystmes entiers et agir sur le climat


Des chercheurs de l’association Resolve et du Pnue ont identifi 20 espces de mammifres dont la rintroduction dans certaines parties du monde restaurerait des cosystmes entiers et apporterait des cobnfices climatiques.

Pour restaurer des zones et cosystmes naturels entiers, il suffirait de rintroduire une ou quelques espces cls de grands mammifres des cosystmes correspondants. Forte de ce constat, une cohorte internationale de chercheurs, attachs l’association Resolve et au Centre mondial de surveillance pour la conservation de la nature (WCMW) du Programme des Nations unies pour l’environnement (Pnue), ont identifi exactement quelles espces sont rintroduire dans quelles rgions du monde pour y parvenir. Leurs conclusions ont t publies dans une tude parue, ce mois-ci, dans la revue Ecography.

   

Taux d’corgions du monde comprenant des groupes complets de  grands mammifres historiques.
© Resolve / WCMW-UNEP

 

   

De nombreux cosystmes naturels s’appuient sur des groupes de grands mammifres historiques, associs une corgion de la plante. L’intgrit de ces groupes va de pair avec celle de la structure et de la composition de ces cosystmes. Pour illustrer le phnomne, les chercheurs citent les cobnfices cologiques observs grce la rintroduction du loup gris (Canis lupus) dans le parc national du Yellowstone, en 1995: Rintroduire une seule espce manquant de cette corgion a eu, et a encore, un norme impact positif sur les populations d’autres espces, comme les castors. De plus, une fois reconstitus, ces groupes favorisent indirectement une plus grande biodiversit vgtale, et donc une plus importante squestration naturelle des gaz effet de serre.

Vingt espces de mammifres identifies

Pour dfinir quelle espce cl pourrait reproduire l’exemple du loup dans le Yellowstone, les scientifiques ont analys l’inventaire dress par la Liste rouge de l’UICN, en comparaison des donnes bibliographiques concernant la composition des groupes de grands mammifres historiques avant 1500 et les plus importants changements anthropogniques. Ils ont ainsi dtermin dans quelles corgions la rintroduction d’une seule espce absente, ou plus, complterait ces groupes et entranerait les avantages cosystmiques associs.

Les experts du WCMW et de Resolve ont identifi sept espces carnivores et treize espces herbivores capables d’y parvenir. En Europe, par exemple, la rintroduction ou l’augmentation encourage de la population du bison d’Europe (Bison bonasus), du castor eurasien (Castor fiber), du renne (Rangifer tarandus), du lynx (Lynx lynx) ou du loup restaurerait des groupes cosystmiques dans 35corgions. La restauration de tels groupes par la rintroduction d’autres espces cls provoquerait mme un doublement de la biodiversit animale sur d’autres continents, notamment en Afrique et en Amrique du Nord.

Les chercheurs estiment que la rintroduction cible de ces vingt espces doublerait la surface naturelle reconquise par l’ensemble des cosystmes ainsi restaurs, soit 11millions de kilomtres carrs supplmentaires capables de squestrer davantage de carbone. Nos conclusions montrent que la rintroduction de larges populations de mammifres est possible dans une grande diversit de zones naturelles sur la plante, atteste Joe Gosling, l’un des auteurs principaux de l’tude pour le WCMW. Une action prioritaire serait de considrer cette rintroduction comme une ambition nationale et internationale.






Article publi le 27 avril 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*