les tensions autour du partage de l’eau se ravivent


L’ouverture de l’enqute publique sur une demande de modification de la rpartition des prlvements par Nestlé dans la nappe vosgienne des grs du trias infrieur relance les tensions sur le partage de l’eau Vittel. Explications.

La situation se crispe nouveau Vittel, dans les Vosges. L’annonce de l’ouverture de l’enqute publique, le 11avril dernier, concernant une modification des prlvements par Nestlé dans une partie de la nappe des grs du trias infrieur (GTI) a, en effet, suscit le mcontentement de plusieurs associations impliques dans le dossier. La priorit va tre donne aux industriels pour l’accs l’eau: c’est le mme scnario qui se rpte, redoute Jean-Franois Fleck, prsident de Vosges Nature Environnement.

Si la question est sensible, c’est qu’une partie de cette nappe est sous tension. La partie sud-ouest de l’aquifre se trouve en dficit quantitatif chronique, avec une trs faible capacit de recharge. Or elle constitue la ressource principale de plusieurs gros consommateurs: les collectivits, pour l’alimentation en eau potable, la fromagerie Ermitage, Bulgnville, la socit d’embouteillage d’eaux Nestl Waters, Vittel et Contrexville, ainsi que l’abattoir Elivia, Mirecourt.

Pour tenter de prserver la nappe, plusieurs options ont t envisages ds 2018: des mesures d’conomie d’eau, mais galement un transfert d’eau par canalisations partir des ressources voisines (Removille et Valfroicourt). Une option qui allait toutefois l’encontre de la hirarchie des usages de l’eau, qui ne prenait pas en compte les rpercussions sur les autres aquifres, mais aussi en contradiction avec les objectifs de retour l’quilibre de la nappe inscrits dans le schma directeur d’amnagement et de gestion des eaux (Sdage).

Finalement, un scnario alternatif de retour l’quilibre a t privilgi, travers un protocole d’accord. Il comprend notamment la substitution de certains prlvements dans des secteurs de la nappe en dsquilibre (gte C) vers d’autre zones qui ne semblent pas en tension (gtes A et B). Nestl va notamment rtrocder Vittel des captages dans des zones moins en tension (des captages SuriauvilleIV et Gallien dans le gteB) pour viter que la commune continue s’alimenter dans le secteur en dsquilibre. Il prvoit galement la mise en place d’un projet de territoire pour la gestion de l’eau (PTGE) ainsi que la constitution d’un observatoire hydrogologique.

Un moratoire demand

 

La priorit va tre donne aux industriels pour l’accs l’eau : c’est le mme scnario qui se rpte
 

Jean-Franois Fleck, prsident de Vosges Nature Environnement

 

Et ce scnario doit prcisment se concrtiser travers le schma d’amnagement et de gestion des eaux (Sage). Or, ce dernier est au point mort. Les associations demandent donc qu’aucune dcision ne soit prise tant qu’il n’est pas act. Le schma d’amnagement et de gestion des eaux (Sage) est en prparation, il a pris un peu de retard, pointe Bernard Schmitt, membre du collectif Eau88. La commission locale de l’eau (CLE) a adopt une premire version en avril2021. Une nouvelle runion tait prvue en fvrier, mais elle a t reporte et aucune nouvelle date n’est aujourd’hui dfinie.

Un autre lment chagrine les associations. Selon elles, les rcentes annonces de Nestl Waters, en dehors des discussions au sein de commission locale de l’eau, de rduire ses prlvements pseraient sur les dcisions locales. Nestl Waters a en effet indiqu, en mars dernier, qu’il souhaitait abaisser volontairement son autorisation annuelle de prlvement de 500000 à 200000 m3 sur la nappe des GTI. Nestl Waters a baiss de faon continue ses prlvements de 3% en 2021 et sur l’ensemble des nappes prsentes sur le territoire de Vittel, soit une baisse de 22% sur la priode 2010 2021, a soulign l’entreprise dans un communiqu. Ces baisses contribuent l’objectif fix dans le cadre du protocole d’engagement volontaire sign l’automne 2020 aux cts des autres utilisateurs de la nappe des grs du trias infrieur.  L’entreprise assure galement mettre au point un systme de recyclage des eaux de fonctionnement de l’usine qui permettrait de rduire, ds 2022, ses prlvements dans la nappe de 65000 m3 par an.

Neuf forages en question

 

La plainte contre neuf forages classe sans suite
Un collectif de cinq associations a port plainte, en juin 2020, contre Nestl Waters, estimant que neuf forages de l’embouteilleur ne disposeraient pas d’autorisation de prlvements d’eau.

L’entreprise avait alors justifi que ces forages bnficient d’une prsomption lgale de rgularit頻. Elle argumentait que, selon le Code de l’environnement, les installations antrieures la loi sur l’eau de janvier 1992, et n’ayant donc pas suivi son cadre, pouvaient continuer fonctionner en fournissant des lments complmentaires la prfecture.

La demande a t classe sans suite, elle serait insuffisamment caractrise, indique Sophie Bardet-Auville, charge de mission du rseau juridique de France Nature Environnement. Nous avons demand le dossier pnal et, sa lecture, nous dciderons ou pas de saisir le Parquet gnral.

 

Or, pour les associations, le dossier d’autorisation soumis enqute publique outre de permettre une modification de la rpartition spatiale des prlvements autoriss serait l’occasion de rgulariser des forages illgaux  Nous nous posons la question de savoir, par quelle magie, ces forages reconnus non autoriss par l’tat et Nestl, sont devenus des forages autoriss dans la rdaction de la demande actualise de 2021 , interpellent les associations dans une lettre adresse au prfet en date du 5 avril.

Le prfet va rgulariser les forages Nestl, sans doute en compensation de la bonne volont de Nestl de prlever moins dans la nappe infrieure, pointe Jean-Franois Fleck. Pourtant, lors des discussions avec le comit de bassin et l’Agence de l’eau, nous avions convenu de prendre en compte les disponibilits des deux ressources, de voir comment elles pouvaient s’quilibrer. Mais non, le prfet va donner des autorisations sans que les tudes soient ralises.

Un observatoire en cours de constitution

Par ailleurs, pour ce qui concerne la rtrocession par Nestl la commune de Vittel des captages SuriauvilleIV et Gallien, situs dans des secteurs ne prsentant pas de dficit (gteB), les discussions seraient toujours en cours. Le transfert SuriauvilleIV ne pose pas de problme sur le plan de la qualit de l’eau, car celle-ci est assez peu minralise et nous pouvons facilement l’utiliser. Par contre, la source Gallien est trs minralise et ncessiterait des traitements consquents avant de pouvoir la mettre en alimentation en eau potable , pointe Bernard Schmitt.

Quant l’tablissement d’un observatoire hydrogologique, une autre des dispositions du protocole d’accord, une tude de prfiguration a t lance. Les dernires annonces indiquaient que si nous mettions un observatoire en place, nous ne pourrions pas avoir de donnes fiables avant dix ans, souligne Bernard Schmitt. Ce que nous dfendons, c’est la mise en place de pizomtres publics. Aujourd’hui, ces instruments de mesure n’appartiennent qu’ Nestl, l’exception d’un seul situ prs de Vittel. .







Article publi le 14 avril 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*