Des chercheurs sudois dveloppent une nouvelle solution de stockage de l’nergie solaire


L’nergie solaire est souvent fustige pour son caractre intermittent. Un nouveau dveloppement scientifique pose la premire pierre d’un possible changement de paradigme cet gard. Dans une tude publie dans la revue Cell Reports Physical Science, des chercheurs sudois de l’cole polytechnique Chalmers affirment tre parvenus stocker de l’nergie solaire, puis la dlivrer sous forme d’lectricit sur commande, grce une solution molculaire.

   

Schma du couplage du systme Most (pour Molecular Solar Thermal Energy Storage) et du micrognrateur thermolectrique (MEMS-TEG), convertissant la chaleur libre par les molcules en lectricit.
© Chalmers University of Technology

 

   

Les chimistes scandinaves ont conu un systme permettant une molcule dite photocommutatrice de dlivrer de la chaleur aprs avoir t irradie par les rayons solaires. Cette molcule organique (compose d’azote, de carbone et d’hydrogne) change de configuration isomtrique pour adopter une structure riche en nergie. Un catalyseur spcifique lui assure de retrouver sa configuration initiale et, par la mme occasion, de librer l’nergie ainsi stocke sous forme de chaleur. Pour convertir cette nergie calorifique en lectricit, les scientifiques sudois ont envoy des flacons remplis de cette molcule, sous forme d’une simple solution liquide, des homologues chinois, Shanghai. Ces derniers ont imagin un micrognrateur thermolectrique, d’un micron d’paisseur, capable d’une telle opration. Selon les calculs des chercheurs, un tel systme dlivre 1,3watt par mtre cube de la fameuse solution la demande. En somme, le soleil capt en Sude a t envoy de l’autre ct de la plante pour tre converti en lectricit en Chine, rsume l’cole polytechnique Chalmers dans un communiqu.

Pour l’instant, la capacit d’un tel systme n’excde pas 0,1nW. Cependant, la promesse d’un stockage de nouvelle gnration demeure: la molcule modifie par la capture de l’nergie solaire peut rester sous sa nouvelle (et donc en mode stockage) pendant dix-huit ans. Cela signifie que nous pourrions produire de l’lectricit partir d’nergie solaire, quelle que soit la mto, l’heure de la journe, la saison ou la situation gographique, souligne Kasper Moth-Poulsen, auteur principal de l’tude et professeur de chimie Chalmers. Plus concrtement, un tel systme pourrait tre envisag pour des smartphones, des montres connectes ou des casques, mais il reste beaucoup de progrs faire pour aller au-del de la recharge de gadgets lectroniques, concdent les chercheurs.



Article publi le 13 avril 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*