les professionnels mettent en avant la dfense du pouvoir d’achat


L’olien ne pse pas sur le pouvoir d’achat des Franais, explique France nergie olienne. Mieux, dans un contexte de prix levs de l’lectricit, il permet de rduire la facture des mnages. En deux ans, l’tat bnficiera de 14,4milliards d’euros.

L’olien et les renouvelables sont favorables au pouvoir d’achat des Franais, martle France nergie olienne (FEE). Chiffres l’appui, la fdration professionnelle explique qu’en 2021 et 2022 les renouvelables lectriques contribueront hauteur de 14,4milliards d’euros (Md€) au budget de l’tat. Une contribution que les pouvoirs publics ont dj en partie employe pour, justement, prserver le pouvoir d’achat en limitant 4% la hausse des tarifs de l’lectricit. Il faut rendre Csar ce qui appartient Csar: c’est grce aux nergies renouvelables qu’on a rduit la facture des Franais, explique Jean-Yves Grandidier, prsident-fondateur de Valorem, l’occasion d’une confrence de presse organise, ce mardi 12avril, par FEE.

Un dispositif front renvers

Traditionnellement, les renouvelables bnficient d’un soutien financier public afin de compenser leur surcot par rapport aux prix de vente de l’lectricit sur le march. Aujourd’hui, cette situation est totalement remise en cause puisque, avec l’envole des prix sur le march, les producteurs deviennent des contributeurs au budget de l’tat.

C’est le cas avec les tarifs d’achat, qui constituent l’essentiel des soutiens aux renouvelables: lorsque les prix de march dpassent le niveau du tarif d’achat, les oprateurs qui assurent l’obligation d’achat (EDF et les entreprises locales de distribution) reversent le surplus l’tat. Le mcanisme est similaire avec le complment de rmunration, la diffrence prs que c’est le producteur qui vend directement l’lectricit sur le march et reverse le surplus l’tat.

Bien sr, les deux dispositifs ont t penss comme un soutien aux renouvelables. Actuellement, l’essentiel des contrats sont des tarifs d’achat un cot moyen de l’ordre de 90euros le mgawattheure (€/MWh). Le solde est constitu par des complments de rmunration attribus par appels d’offres un cot compris entre 60 et 65€/MWh. Ils constituent bien un soutien public dans un contexte de prix de march plus bas: en 2018, les prix de l’lectricit taient en moyenne de 50€/MWh.

Mais, aujourd’hui, la situation est radicalement diffrente. En 2021, les prix de march se sont envols 109€/MWh, en moyenne. Ceux enregistrs depuis le dbut de l’anne sont de l’ordre de 231€/MWh. Avec de tels niveaux, le soutien public s’est transform en recettes pour l’tat.

Un cart de 14,4milliards

 

C’est grce aux nergies renouvelables qu’on a rduit la facture des Franais
 

Jean-Yves Grandidier, prsident-fondateur de Valorem

 

Jean-Yves Grandidier, prsident-fondateur de Valorem, dtaille les chiffres. Pour 2021, l’tat avait budgtis 9,1Md€ de contribution de service public de l’nergie (CSPE). Prs des deux tiers de cette enveloppe devaient soutenir les renouvelables lectriques et, en particulier, le photovoltaque (2,9Md€) et l’olien (1,8Md€). Finalement, le soutien au photovoltaque devrait tre rduit 1,8Md€ et celui l’olien nul. En ajoutant les autres sources de production renouvelables, la facture renouvelables lectriques devrait tre rduite 2,4Md€, ce qui correspond une conomie de 3,3Md€ par rapport au budget initial.

L’anne 2022 s’annonce encore meilleure: l’tat avait anticip une facture de 3Md€ pour le soutien au solaire et de 1,4Md€ pour l’olien. Finalement, les deux devraient tre nuls. La facture renouvelables lectriques devrait tre proche de zro, ce qui permet une conomie de 5,1Md€. Mieux: l’olien devrait mme contribuer hauteur de 3,7Md€ supplmentaires au budget de l’tat.

Au total, sur les deux annes, les finances publiques devraient bnficier de 14,4Md€ non anticips, composs pour 8,4Mds€ de dpenses budgtes mais non ralises et de 6Md€ de revenus supplmentaires. D’ailleurs, l’tat a dj puis environ 8Md€ dans cette manne pour limiter 4% la hausse du prix de l’lectricit. Il a pu rduire zro la CSPE en faisant financer par les renouvelables les autres postes de la contribution, et notamment les dispositifs de solidarit avec les zones non interconnectes (ZNI), qui psent pour 2,1Md€ par an, plutt que par les consommateurs, comme c’est normalement le cas.

Simplifier les procdures pour acclrer le rythme

Et plus long terme? La FEE explique que Commission de rgulation de l’nergie (CRE) table actuellement sur des prix moyens de l’ordre de 200€/MWh jusqu’en 2024 et de 90€/MWh de 2025 2035. Sur ces bases, si les installations prvues par la Programmation pluriannuelle de l’nergie sont respectes, l’olien pourrait rapporter 18Md€ l’tat. Un argument que la fdration espre faire entendre pour rattraper le retard pris (au rythme actuel de raccordement, 600MW manquent l’appel chaque anne). Et d’illustrer le propos: en 2022, chaque olienne de 3,5MW devrait rapporter 1,1million l’tat, selon la FEE.

Pour acclrer le rythme, la FEE revient sur un de ses chevaux de bataille: la simplification des procdures et la rduction des dlais de mise en service des parcs. Actuellement, 700mgawatts de projets sont en attente et pourraient tre installs ds l’hiver prochain. Au-del, quelque 10 gigawatts (GW) de projets d’olien terre sont officiellement dans les cartons. La fdration a lanc auprs de ses adhrents un recensement des projets, qui pourraient aboutir d’ici douze dix-huitmois, si les procdures taient simplifies. plus long terme, le message est tout aussi clair: l’objectif fix par Emmanuel Macron, Belfort, du doublement du parc en trente ans pour le porter 40GW d’olien terrestre, peut tre atteint bien plus vite, l’horizon 2030.



Article publi le 12 avril 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*