La France dvoile sa premire stratgie pour soutenir la recherche aux ples


La recherche scientifique en Arctique et en Antarctique, balcons de la catastrophe climatique, fait dsormais l’objet d’une stratgie nationale. De nouveaux changements structurels, soutiens politiques et financiers sont engags jusqu’en 2030.

Prs de deux cents ans aprs le voyage de Jules Dumont d’Urville en direction de l’Antarctique, bord du clbre Astrolabe, la France se dote de sa premire stratgie polaire. Reue par le Premier ministre, Jean Castex, le 31mars dernier, elle a t prsente par Olivier Poivre d’Arvor, ambassadeur charg des ples et des affaires maritimes, ce mardi 5avril, au ministre des Affaires trangres. Depuis longtemps, il existe un dcrochage franais envers les ples, atteste l’ambassadeur. Avec cette stratgie, guide par un souci maximum de protection de l’environnement, nous nous engageons revenir dans la cour des grands. Pour y parvenir, la stratgie polaire compte sur une large palette de dcisions et d’engagements, prendre dans les huit annes venir.

Rorganiser la recherche polaire

 

Les ambitions financires de cette stratgie sont une bouffe d’oxygne pour la recherche franaise
 

Yann Ropert-Coudert, directeur de l’Institut polaire franais Paul-mile-Victor

 

Le mot d’ordre principal de cette nouvelle feuille de route est science. Nous sommes aujourd’hui gravement sous-dimensionn par rapport nos voisins anglais, polonais ou allemands, souligne Yann Ropert-Coudert, le nouveau directeur de l’Institut polaire franais Paul-mile-Victor (Ipev). Les ambitions financires de cette stratgie sont donc une bouffe d’oxygne pour la recherche franaise. La stratgie polaire promet ainsi un accroissement spcial du budget du ministre de l’Enseignement suprieur pour augmenter l’effectif des chercheurs affects aux deux ples de 320 500, d’ici 2030. Elle prvoit galement de tripler les moyens financiers accords par les pouvoirs publics la recherche et la logistique en Arctique. Actuellement, 90% des financements franais consacrs aux mondes polaires vont l’Antarctique.

La France se reposera essentiellement sur l’Ipev pour encadrer et coordonner la recherche dans ces rgions. La supervision de ses actions et le suivi de l’ensemble de la stratgie seront confis un nouveau dlgu interministriel de l’Arctique et de l’Antarctique (reprenant les fonctions de l’ambassadeur des ples), install ds l’automne prochain sous l’autorit du Premier ministre dans le cadre de la transformation du Comit interministriel de la mer (Cimer) en Comit interministriel de la mer et des ples (Cimer-Poles). Par ailleurs, les auteurs de la stratgie polaire proposent la cration d’une Fondation franaise pour les ples, susceptible de participer aux financements, hauteur de plusieurs dizaines de millions d’euros par an. Cette entit devrait tre porte par l’explorateur et homme d’affaires sudois, Frederik Paulsen.

De premiers projets stratgiques

La stratgie comprend justement une srie de projets de recherche financer, axs sur l’volution du climat et ses consquences. Le premier, soutenu hauteur de 13millions d’euros dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir (PIA), consiste dans la construction d’une station arctique internationale drivante. Imagine par la Fondation Tara Ocan, cette base de recherche cologique traversera l’Arctique en cinq cents jours en se laissant driver par le courant marin. Le projet de sonde Polar Pod, port par l’explorateur Jean-Louis tienne, avec le concours de l’Institut franais de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer), tudiera, quant lui, les changes de gaz effet de serre entre l’atmosphre et l’ocan austral au cours d’un voyage de trois ans, en totale autonomie, ds 2024. En outre, le gouvernement encourage l’Ipev rpondre l’appel d’offres Programmes et quipements prioritaires de recherche, en proposant un grand projet de 50millions d’euros sur dix ans pour valuer le risque de dstabilisation des glaciers en Antarctique.

La stratgie polaire engage galement le gouvernement installer une nouvelle base scientifique au Groenland, rnover deux stations antarctiques (Dumont-d’Urville, pour environ 60millions d’euros d’ici 2030, et Concordia, pour 30millions partags avec l’Italie) et, ventuellement, construire un nouveau navire ocanographique capacit glace (pour 35millions).

Une plus forte mobilisation sur le plan international

Au-del de la recherche scientifique franaise, la nouvelle vision polaire de l’Hexagone comporte une porte internationale. Elle fait notamment suite la parution de la Stratgie arctique europenne, en octobre 2021, mais aussi au dbut de la guerre en Ukraine. Garder les limites polaires l’abri des conflits militaires serait bien plus difficile sans le leadership de la France, remarque Michael Mann, envoy spcial de l’Union europenne sur les questions arctiques. La Russie, actuellement prsidente du Conseil de l’Arctique jusqu’en mai 2023, rebat les cartes du jeu gopolitique jusqu’aux ples.

Son invasion de l’Ukraine a, en effet, provoqu la suspension de la quatrime runion ministrielle de la science arctique de l’instance intergouvernementale, prvue au dbut de l’anne prochaine en France, membre observateur du Conseil. la place, l’Hexagone se propose d’organiser sa propre confrence internationale de haut niveau sur les ples, au printemps 2023, sur le modle du One Ocean Summit. Il invite aussi les Nations unies lancer une dcennie des mondes polaires, de 2025 2035, pour soutenir encore davantage la recherche scientifique internationale.

Enfin, par le biais de cette stratgie, le gouvernement franais confirme son soutien la cration ou au renouvellement d’aires marines protges en Arctique, en Antarctique orientale et en mer de Weddell, la recommandation de l’Union europenne de ne plus exploiter les nergies fossiles au ple Nord ou encore l’adoption d’une rglementation plus contraignante envers le tourisme antarctique.




Article publi le 06 avril 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*