La baisse tendancielle de la pollution de l’air se confirme en le-de-France


La pollution de l’air diminue en le-de-France, mais toujours insuffisamment, notamment le long des grands axes routiers, constate Airparif, ce mardi 5avril, l’occasion de la publication du bilan rgional de la qualit de l’air pour l’anne 2021.

L’amlioration de la qualit de l’air en le-de-France s’inscrit dans la poursuite de la tendance des dernires annes, explique l’association agre pour la surveillance de la qualit de l’air. En 2021, les concentrations en dioxyde d’azote (NO2) et en particules (PM10et PM2,5) observes sont en baisse par rapport celles de 2019 et des annes prcdentes, explique Airparif. En 2021, cette baisse tendancielle des missions du secteur rsidentiel et du trafic routier s’est combine des conditions mtorologiques dispersives avec des tempratures globalement clmentes en priode hivernale. Les conditions climatiques estivales, elles aussi favorables, ont, pour leur part, abouti une rduction de la pollution l’ozone, par rapport 2019 et 2020.

Et Airparif de dresser le bilan: Sur dix ans, les concentrations de particules ont baiss en moyenne de 35% pour les PM10et de 40% pour les PM2,5,ainsi que 30% concernant le dioxyde d’azote.  l’inverse, la pollution l’ozone a progress en moyenne de 25% sur la dcennie, comme dans la majeure partie de l’hmisphre Nord.

Cette amlioration, qui se constate notamment dans la capitale, est source de satisfaction pour la mairie de Paris, qui ragit la publication des chiffres d’Airparif. L’excutif parisien y voit le fruit des mesures engages depuis dix ans: mise en uvre de la premire zone faibles missions (ZFE) franaise en 2015 (devenue depuis mtropolitaine) et rquilibrage de l’espace public depuis vingt ans, au profit des mobilits actives et des transports collectifs (avec une rduction du trafic automobile de 5% en moyenne par an ces dernires annes), notamment.

Les principaux axes routiers restent pollus

Reste la question des axes routiers: 60000Franciliens sont toujours exposs des concentrations dpassant la valeur limite rglementaire franaise et europenne pour le NO2, le long des grands axes de circulation de l’agglomration parisienne, explique Airparif. Ces axes, qui reprsentent environ 5% du rseau (600km, sur un total de 11000km) sont les plus frquents, en particulier le boulevard priphrique et l’autoroute A1.  Au voisinage de certains axes routiers, les niveaux de NO2 peuvent tre plus de deux fois suprieurs ceux relevs hors influence directe de ces voies (en situation de fond) et toujours largement suprieurs au seuil de la valeur limite annuelle.

Mais, l aussi, la situation s’amliore grce au renouvellement du parc automobile et la baisse du trafic routier, notamment. Ainsi, 3,5millions d’habitants taient soumis un dpassement de la valeur limite pour le NO2 en 2007, 2,5millions en 2012, 1,3million en 2015 et 600000 en 2019.






Article publi le 05 avril 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*