l’t s’annonce dlicat, surtout sur le pourtour mditerranen


Les indicateurs prsents lors du premier Comit d’anticipation et de suivi hydrologique de l’anne montrent que certains secteurs – notamment le pourtour mditerranen pourraient connatre des tensions sur la ressource.

Le printemps s’annonce tout juste, mais la menace d’un manque d’eau plane dj pour certains dpartements. C’est notamment le cas des Alpes-Maritimes, o un arrt de restriction d’eau a dj t pris. Le dficit pluviomtrique de 40 60 % observ ces six derniers mois dans le dpartement a, en effet, incit le prfet, ds mars, sensibiliser les usagers aux conomies d’eau.

Pour mieux apprhender la situation nationale, le ministre de la Transition cologique a runi le Comit d’anticipation et de suivi hydrologique (Cash), jeudi 16 mars. Cette instance, cre en 2021, vise une meilleure anticipation des pisodes de scheresse. Et les indicateurs prsents lors de ce rendez-vous laissent prsager d’une situation qui pourrait se rvler dlicate cet t.

Une recharge des nappes non optimale dans plusieurs secteurs

 

En fvrier, les niveaux des nappes ractives sont gnralement sous les normales mensuelles, de modrment bas bas
 

 

La recharge des nappes, cet hiver, n’a, en effet, pas t optimale dans plusieurs secteurs. En fvrier, les niveaux des nappes ractives sont gnralement sous les normales mensuelles, de modrment bas bas, indique ainsi le Bureau de recherches gologiques et minires (BRGM) dans son bulletin de situation au 1er mars 2022. Et notamment les secteurs des nappes du sud-est de la France, la nappe des sables cnomaniens du Maine, la nappe des calcaires du seuil du Poitou et celle du nord du Bassin aquitain.

Concernant les nappes cycle plus lent, la situation semble globalement plus favorable. Les nappes inertielles demeurent en hausse ou stables, mais la recharge est fortement ralentie , prcise le BRGM. Certaines d’entre elles s’avrent nanmoins surveiller, comme les nappes des calcaires de Beauce, des cailloutis plioquaternaires de Bourgogne-Franche-Comt et de la molasse miocne du Bas-Dauphin.

Un dficit de pluviomtrie de 16 %

C’est que Mto-France a relev un dficit moyen de pluviomtried’environ 16% par rapport la normale, pour la priode de septembre2021 fvrier2022 ( l’exception des dpartements pyrnens). Cette diminution s’avre particulirement marque en rgion Grand Est, dans le nord de la Nouvelle-Aquitaine, en Bretagne ainsi que dans le Sud-Est et la Corse.

Concernant le dbit des cours d’eau, la situation releve en fvrier affiche une certaine htrognit. Le nord, nord-est du pays ainsi que l’ouest du Massif central prsentent des dbits proches, voire suprieurs, au dbit mensuel moyen interannuel, indique le service de la Banque Hydro. Tandis que 21 % des stations prsentent des dbits infrieurs à 40 % du dbit mensuel moyen et se rpartissent principalement sur le pourtour mditerranen, la Corse ainsi que le long de la Loire et en Vende, ces territoires accusant notamment un dficit pluviomtrique.

Dans le mme temps, les sols se sont asschs dans une grande partie du pays, notamment sur le pourtour mditerranen et la Corse.

Par ailleurs, concernant le taux de remplissage des barrages, si la majorit affiche des valeurs suprieures 60 %, certains, notamment dans l’ouest du Roussillon, doivent faire face un remplissage insuffisant (entre 0 et 40 %). La hausse des tempratures, la reprise de la vgtation et donc l’augmentation de l’vapotranspiration vont limiter nettement l’infiltration des pluies d’ici quelques semaines, prvient le BRGM. Si le dbut de la priode de vidange se confirme, la recharge aura alors t trs courte (novembre à janvier) et modeste, ce qui laisse prsager des situations tendues ds le printemps.  Et les prvisions pour les trois prochains mois ne sont pas trs rjouissantes. Mto-France estime, en effet, que le trimestre devrait tre plus chaud et plus sec que la normale.

Le nouveau cadre de la gestion de la scheresse l’preuve du terrain

Pour tenter d’amliorer l’anticipation de la scheresse, le gouvernement a pris, la fois, des mesures d’volution structurelle et de gestion de crise dans le cadre du dcret du 24juin 2021. Les prfets coordonnateurs de bassin doivent fixer les conditions de dclenchement des dispositions ainsi que les mesures de restriction temporaires des usages. Ces orientations sont ensuite dclines dans le cadre d’arrts cadres interdpartementaux ou dpartementaux. ce jour, l’ensemble du territoire mtropolitain, hors Corse, a fait l’objet d’une rvision du cadre d’action , indique le ministre de la Transition cologique. Une cinquantaine d’arrts de dclinaison dpartementale seraient galement publis.

Des travaux sont en cours avec les services de l’tat, principalement les DDT au niveau dpartemental et les services de l’OFB, pour une meilleure prise en compte du dispositif Onde dans les arrts, indique Cline Nowak, coordinatrice nationale de l’Observatoire national des tiages (Onde) pour l’Office franais pour la biodiversit (OFB). Ce dernier apporte un lment d’anticipation, car les petits cours d’eau sont plus ractifs aux conditions hydroclimatiques et, parfois, dans certaines zones d’alerte, il n’y a pas de pizomtre ou de station hydrologique. Fin septembre2021, les observations d’Onde montraient que 86% des petits cours d’eau taient en coulement, 10,4% en assec et 3,6 % en rupture d’coulement.

Un nouveau comit programm en mai

Pour mettre en situation les diffrents acteurs, Brangre Abba, secrtaire d’tat charge de la Biodiversit, a annonc que se tiendrait, en avril, un exercice national de gestion de crise, sur la base d’un scnario d’pisode de scheresse intense conscutif une canicule. Elle a galement indiqu que la situation sur le plan national serait value plus finement la fin du printemps. Ensuite, partir des prvisions, une carte des territoires avec risques de scheresse sera tablie mi-mai. Cette dernire sera prsente lors du second comit de suivi et des mesures complmentaires pourraient tre prises. Sans attendre, les prfets seront sensibiliss sur la situation et mobiliss afin d’accompagner les acteurs conomiques dans la mise en place de mesures d’anticipation. Une attention particulire sera porte au secteur agricole, a toutefois assur le ministre de la Transition cologique.

Pour l’association France Nature environnement, les prvisions du Cash montrent la ncessit d’une rsilience reposant sur un panel de solutions, notamment fondes sur la nature. La nature commente elle-mme les dcisions du Varenne agricole de l’eau, souligne Florence Denier-Pasquier, administratrice FNE et participante au Cash. En janvier, le Premier ministre a indiqu qu’il fallait utiliser les pluies excdentaires hivernales pour les stocker. Mais, en l’occurrence, elles ne sont pas toujours au rendez-vous: cela devrait tre un vrai signal d’alerte pour avoir une approche beaucoup plus quilibre. 













Article publi le 22 mars 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*