la France opte pour plus d’interconnexions en Europe


La transition nergtique ne peut s’appuyer sur une souverainet stricte : elle a besoin d’interconnexions, rappelle RTE. La France l’a bien compris et compte sur de nouvelles liaisons avec ses voisins europens dans les prochaines annes.

RTE, le gestionnaire du rseau lectrique, n’en dmord pas: la transition nergtique de la France ne va pas sans le dveloppement des nergies renouvelables et du rseau auquel elles sont raccordes. Les nergies renouvelables lectriques ne se dveloppent pas sans rseau, dclare Vincent Thouvenin, directeur des affaires europennes de RTE. Les interconnexions accompagnent l’volution du mix de production d’lectricit franaise. Elles sont un lment de flexibilit, indispensable pour contrebalancer l’intermittence de ces nergies et permettre la solidarit entre systmes lectriques en Europe.

L’Union europenne en est parfaitement consciente. Elle a adopt, ce jeudi 27 janvier, l’investissement de plus d’un milliard d’euros dans cinq projets transfrontaliers, en Europe de l’Est, de Mcanisme pour l’interconnexion en Europe (MIE nergie). Quatre de ces projets concernent des interconnexions lectriques, dont le projet EuroAsia reliant pour la premire fois Chypre au rseau europen. La France, quant elle, a justement dj prvu de nouvelles interconnexions dans les annes venir.

Doubler la capacit d’interconnexion avant 2035

 

Les interconnexions accompagnent l’volution du mix de production d’lectricit franaise
 

 

La France comporte elle seule 51 interconnexions trs haute tension, sur environ 400 dans toute l’Europe. En plus de faciliter le dveloppement des nergies renouvelables, ces interconnexions lui permettent d’accder d’autres sources d’lectricit des moments cruciaux, comme cet hiver. En complment du dmarrage des centrales charbon pour contrevenir aux multiples arrts de racteurs nuclaires, la France a notamment fait appel son interconnexion France-Angleterre. La premire, IFA 1, ayant subi une avarie en octobre dernier, c’est IFA 2, mise en service en janvier 2021, qui avait pris la relve. Qui plus est, en rentabilisant le surplus en t et en compensant le manque en hiver, le fait d’tre interconnects avec nos voisins nous permet de mutualiser les besoins lectriques et donc, de ne pas investir excessivement dans le dveloppement de notre parc lectrique comme s’il tait totalement isol, souligne Vincent Thouvenin. Le dveloppement des productions d’lectricit renouvelables renforce l’intrt de cette mutualisation.

L’objectif europen, d’accroissement de ces infrastructures, est pour chaque tat-membre d’atteindre 15% de sa capacit de production lectrique en interconnexion d’ici 2030, contre prs de 13% actuellement en France. Avec 13 gigawatts (GW) en import et 17 GW en export sur une puissance lectrique totale d’environ 136 GW, la France n’a pas encore atteint ni l’objectif europen ni la cible nationale fixe dans son dernier Schma dcennal de dveloppement du rseau(SDDR) : un doublement de ses capacits en interconnexion avant 2035.

Les nouvelles liaisons en chantier

Pour y parvenir, l’Hexagone prvoit de nombreux travaux d’installation ou de renforcement dans les cinq prochaines annes. Actuellement en phase d’essais, la nouvelle interconnexion France-Italie, dite Savoie-Pimont, sera mise en service au cours de l’t 2022. Cette nouvelle liaison souterraine de 190 kilomtres et d’1,2 GW a cot un milliard d’euros, partags quitablement entre les deux pays. Une autre interconnexion d’1 GW, nomme Eleclink et exploite par la socit Getlink, sera enclenche au niveau du tunnel sous la Manche en 2022.

 

Quel impact sur le prix de l’lectricit ?
D’aprs les spcialistes de RTE, l’importance du maillage des interconnexions influe gnralement sur les prix de l’lectricit. En moyenne, la mise en service d’une nouvelle interconnexion permet une meilleure convergence des prix de march, parfois moins lev de l’autre ct de la frontire, et une baisse du prix de gros, explique Thomas Pertuiset, directeur des interconnexions chez RTE. La situation franaise ne reste nanmoins pas anodine. En France, nous sommes plus exportateurs qu’importateurs donc ce sont nos voisins qui profitent d’une lectricit moins chre.

 

Deux autres projets internationaux sont actuellement l’tude. Le premier, surnomm l’interconnecteur celte, reliera directement l’Irlande la Bretagne. Cofinanc par l’Union europenne (500 millions d’euros sur un milliard au total), il permettra l’Irlande d’accder aux rseaux lectriques europens sans passer par le Royaume-Uni. D’une puissance de 700 MW, son installation dbutera la fin de l’anne 2022, pour une mise en service fin 2026. Le projet du golfe de Gascogne, connectant Bordeaux Bilbao en Espagne, comportera, quant lui, deux liaisons d’1 GW chacune. D’un cot estim environ deux milliards d’euros, il sera oprationnel d’ici 2027. En outre, la France prvoit de renforcer son interconnexion avec la Belgique en 2022, sa premire liaison avec l’Espagne l’anne suivante et avec l’Allemagne en 2026. Il s’agira simplement de remplacer les anciens cbles par de nouveaux, aux proprits physiques suprieures et capables de transiter plus d’nergie.

Article publi le 28 janvier 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*