le dossier de mise en service oublie l’impact global du projet


L’Autorit environnementale estime que le dossier remis par EDF en vue de la mise en service de l’EPR de Flamanville ne prend pas en compte l’ensemble du projet. Des impacts environnementaux sont laisss de ct.

Le dossier de mise en service de l’EPR de Flamanville (Manche) est trop restreint pour avoir une image globale de l’ensemble des impacts environnementaux du racteur de 1600mgawatts (MW). Le dossier d’EDF  se focalise sur la seule mise en service de l’EPR et n’aborde pas certains lments ncessaires pour valuer les incidences effectives l’chelle globale du projet sur l’environnement.

Telles sont les principales remarques mises par l’Autorit environnementale (Ae) dans son avis sur l’EPR de Flamanville, rendu le 22dcembre. Cet avis a t sollicit en octobre2021 par l’Autorit de sret nuclaire (ASN) dans le cadre de la mise en service du racteur, prvue dsormais cette anne.

De nombreux lments non abords

Une premire srie de remarques concerne la mise jour de l’tude d’impact fournie par EDF. Le document est  clair et didactique, mais trop restreint. Le projet soumis l’Ae se limite la seule mise en service du racteur. Or, l’Autorit estime que  le terme rglementaire « projet » doit tre compris ici comme « la mise en service du racteur3 de type EPR du site de Flamanville et son fonctionnement » . Pour valuer le projet EPR, il faudrait donc prendre en compte des lments absents du dossier prsent par EDF, tels que la phase de construction et la ligne lectrique trs haute tension Cotentin-Maine.

 

Le terme rglementaire « projet » doit tre compris ici comme la mise en service du racteur 3 de type EPR du site de Flamanville et son fonctionnement
 

 

En outre, l’tude d’impact n’aborde pas les options remises en cause au cours du projet. L’Ae voque notamment des modifications concernant la galerie souterraine de rejet, ou encore la cration d’une installation de dessalement de l’eau de mer, dcide aprs le lancement du chantier.

Autre reproche de l’Ae: L’valuation des incidences ne prend en compte que les valeurs limites des rejets. Ces valeurs permettent de montrer que les incidences restent compatibles avec le bon tat du milieu et la sant humaine. Mais rien n’indique que ces rejets sont les plus bas possibles, conformment ce qu’implique la dmarche viter, rduire, compenser (ERC). Dans le domaine de la radioprotection, une bonne application de la squence ERC se traduirait par des autorisations de rejets radioactifs spcifiant des valeurs cibles aussi basses que raisonnablement possibles. En l’occurrence, l’Ae explique que les rejets rels sont trs infrieurs [aux] valeurs limites [prises en compte pour l’tude d’impact], souvent d’un facteur 10 20 et des mesures de rduction conduisent des impacts rsiduels encore plus faibles.

L’Autorit regrette aussi le peu d’information concernant divers aspects du fonctionnement du racteur: le combustible qui sera utilis, alors que la nature et l’importance des incidences [du racteur sur l’environnement] en dpendent ; la gestion des matires radioactives (et pas uniquement la gestion des dchets radioactifs); les mesures de rduction des missions de gaz effet de serre (les missions lies la consommation d’hydrocarbures et les missions d’hexafluorure de soufre (SF6) et d’hydrofluorocarbures (HFC); le suivi de la biodiversit terrestre.

Quid des carts et du retour d’exprience?

Quant l’tude de matrise des risques, elle [consiste] essentiellement en un rappel thorique des principes de la dmarche de sret et des caractristiques prvues pour y rpondre, sans voquer en dtail les spcificits de l’EPR de Flamanville.

L’Ae recommande EDF de rcapituler les carts, incidents et accidents qu’a connus l’EPR en lien avec la sret nuclaire pendant sa phase de construction et d’expliciter les mesures prises pour y rpondre. Ce point vise, en particulier, la cuve du racteur et son couvercle (qui prsentent des dfauts dcels aprs leur installation), les dfauts affectant des soudures des tuyauteries des circuits secondaires principaux (en cours de rparation) et les dfauts constats sur trois piquages du circuit primaire principal (le dossier est en cours d’examen par l’ASN).

Un autre souhait de l’Ae concerne le retour d’exprience des trois EPR en service: les deux construits Taishan (Chine) et celui implant d’Olkiluoto (Finlande). L’Autorit aimerait qu’EDF explique comment ces retours d’exprience sont pris en compte pour anticiper les incertitudes lies ce nouveau type de racteur. Elle rappelle que ces racteurs ont soulev des questions en termes de sret, au sujet de soupapes installes sur le pressuriseur, s’agissant du racteur finlandais, et au sujet des dommages subis par les barres de combustible, en ce qui concerne le premier racteur chinois.










Article publi le 03 janvier 2022



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*