des vibrations anormales font planer un doute sur la conception du racteur nuclaire


La Criirad explique que la conception de l’EPR pourrait expliquer les difficults rencontres par l’EPR de Taishan. En mars, l’IRSN avait dj signal un problme, concernant le pressuriseur. chaque fois, des vibrations anormales inquitent les experts.

Dimanche 28novembre, la Commission de recherche et d’information indpendantes sur la radioactivit (Criirad) a annonc avoir reu des informations selon lesquelles les problmes rencontrs, cet t, par le premier EPR mis en service seraient lis la conception du racteur. L’association explique que des vibrations pourraient tre l’origine des ruptures de gaines constates en Chine. Le dfaut pourrait concerner tous les racteurs EPR. Au-del de l’alerte, l’association  interpelle l’ASN et demande la plus grande transparence.

Pour rappel, en juin dernier, CNN rvlait la dtection d’une concentration anormale de gaz rares dans le circuit primaire du racteur1 de Taishan, une anomalie lie des ruptures de gaines de combustible. Le mois suivant, EDF mettait en avant ses doutes concernant la gestion de l’incident par l’exploitant du racteur, la coentreprise TNPJVC, dtenue 70% par l’entreprise chinoise CGN et 30% par EDF. En France, le racteur serait dj l’arrt, expliquait EDF, faisant ainsi pression sur son partenaire. Finalement, le racteur a t arrt la semaine suivante, le 30juillet.

De son ct, ds juin, l’Autorit de sret nuclaire (ASN), annonait avoir engag un dialogue technique avec son homologue chinois (la NNSA). Le gendarme du nuclaire franais compte examiner dans quelle mesure le retour d’exprience de la situation d’exploitation actuelle Taishan peut tre pris en compte dans le cadre de l’instruction en cours de la demande de mise en service de l’EPR de Flamanville [Manche] .

Un dfaut identifi sur la cuve ayant servi de modle

Selon les informations transmises la Criirad par  un lanceur d’alerte travaillant dans l’industrie nuclaire, les ruptures des gaines de combustible radioactif proviendraient () d’un dfaut de conception de la cuve de l’EPR. Ce dfaut entrainerait une mauvaise rpartition du flux hydraulique et, par voie de consquence, des vibrations trs importantes sur les assemblages. Ces vibrations seraient l’origine d’une usure anormale des grilles de maintien des crayons et de ruptures de gaines, aboutissant la dispersion de dbris radioactifs dans le cœur du racteur. L’usure de certaines gaines aurait t constate ds le premier cycle de fonctionnement du racteur. Le deuxime cycle aurait accentu l’usure des assemblages fragiliss l’issue du premier cycle.

Si ces lments sont avrs, ils pourraient concerner toute la filire des EPR, poursuit la Criirad, jugeant que ce retour d’exprience doit aussi tre pris en compte dans le design de la nouvelle version du racteur (EPR2). La Criirad explique que la cuve de l’EPR, de conception franco-allemande, s’inspire de celle du racteur allemand Konvoi dont l’ hydraulique en fond de cuve [n’est]pas trs russi. Consquence: Un courant transverse se cre dans le cœur [des racteurs Konvoy] et fait bouger les assemblages, surtout ceux en priphrie.

 

Si ces lments sont avrs, ils pourraient concerner toute la filire des EPR
 

 

Une srie de questions prcises

Pour l’instant, la Criirad explique que les informations dont elle dispose restent vrifier et valider. Mais elles sont suffisamment solides et cohrentes pour justifier l’envoi d’un courrier l’ASN. Si le problme est avr, il  pourrait hypothquer le dmarrage des racteurs de Flamanville et Olkiluoto. En effet, les travaux de rparation d’un tel dfaut [pourraient] s’avrer particulirement complexes et onreux, si tant est qu’ils soient ralisables.

Dans son courrier, la Criirad demande l’ASN de confirmer plusieurs points. La Commission aimerait notamment savoir si l’autorit a t informe d’un niveau anormal de vibration des assemblages de combustible de l’EPR de Taishan1 (et cela, ds le dmarrage). A-t-elle aussi t informe des dgradations affectant les assemblages de combustibles. Il semblerait qu’une trentaine d’entre eux prsentent des fuites et qu’environ 70crayons sont fuyards. Il semblerait aussi que les assemblages endommags taient tous en priphrie lors du premier cycle. Il semblerait enfin que beaucoup de ressorts de maintien des crayons ont cass頻 et que certaines grilles n’ont plus de plaquettes ct rflecteur neutronique.

 

L’ASN venait d’assouplir sa position
Ces soupons concernant des vibrations dans le cœur et le circuit primaire de l’EPR interviennent alors que, pour la premire fois, l’ASN avait entrouvert la porte un assouplissement de sa doctrine concernant les dfauts affectant les soudures.

En effet, en octobre, l’ASN a donn un accord de principe pour traiter les dfauts affectant les soudures de trois piquages sur le circuit primaire principal de l’EPR de Flamanville sans avoir les reprendre. Jusqu’ cette annonce la solution de rfrence impose par l’ASN a toujours t la rparation des soudures avant la mise en service du racteur.

 

Enfin, la Criirad aimerait tre tenue informe des consquences de l’incident en termes de contamination de l’eau du circuit primaire et de rejets radioactifs dans l’atmosphre.

Des vibrations dj observes sur le pressuriseur

Les rvlations de la Criirad interviennent aprs une premire alerte concernant d’ventuels problmes de vibrations lance par l’Institut de radioprotection et de sret nuclaire (IRSN), et releve par Bernard Laponche dans une note publie dans le Journal de l’nergie, qui lie les dboires de l’EPR sa puissance hors norme. En mars dernier, un avis de l’IRSN, concernant l’EPR2 en cours d’laboration, pointait  la problmatique de vibrations leves de la ligne d’expansion du pressuriseur (LEP) observe sur diffrents racteurs EPR. Le pressuriseur est l’quipement qui permet la matrise de la pression dans le circuit primaire, afin de maintenir sous forme liquide l’eau chauffe plus de 300C.

Ce problme n’est pas anodin, selon l’IRSN, qui estime que une nouvelle conception de la LEP ne doit pas tre exclue quand bien mme cela devrait mettre en cause la conception du gnie civil. Il pourrait notamment s’avrer ncessaire de modifier la disposition de certains gros composants. Pour l’instant, Framatome  considre que le trac actuel de la LEP pour les futurs racteurs EPR2 est le meilleur compromis pour prendre en compte les diffrentes exigences de conception (dilatation thermique, encombrement, rsistance mcanique…). Et l’IRSN de dplorer que, pour l’entreprise, ce trac [apparaisse] fig alors qu’aucune solution au regard du retour dexprience disponible n’a encore t dfinie. Or, selon une source interne EDF, si une rupture intervenait [sur cet quipement], il y aurait forcment des rejets radioactifs importants l’extrieur, pour viter que l’enceinte ne monte en pression .







Article publi le 29 novembre 2021



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*