le risque de tension reste faible, selon la nouvelle mthode RTE


Le bilan prvisionnel de mars 2021 restera d’actualit cet hiver, selon RTE. Le gestionnaire du rseau annonce nanmoins changer sa procdure d’analyse, l’actualisant tous les mois jusqu’en fvrier 2022 pour plus de prcision.

RTE, le gestionnaire du rseau de transport de l’lectricit, ne redoublera pas de vigilance cet hiver. Cela tant, il gardera un œil sur la scurit d’approvisionnement d’une toute autre manire. Lors d’une confrence de prsentation de son bilan prvisionnel hivernal2021, RTE a annonc inaugurer une nouvelle procdure d’analyse. L’évolution du contexte sur la sécurité d’approvisionnement en électricité au cours des dernières années plaide désormais pour un dispositif d’analyse de risque plus fin et glissant afin de donner une information plus pertinente, souligne RTE.

 

L’évolution du contexte sur la sécurité d’approvisionnement en électricité plaide désormais pour un dispositif d’analyse de risque plus fin et glissant afin de donner une information plus pertinente
 

 

Ses experts ne se contenteront plus d’une seule analyse prvisionnelle, publie au dbut de l’hiver. Pour prendre plus efficacement en considration les incertitudes mtorologiques et techniques des mois suivants, ils mettront jour leur diagnostic au fil de la saison: une fois fin dcembre et une fois fin janvier. Ces publications intégreront les dernières informations disponibles sur les indisponibilités des réacteurs nucléaires, les dernières prévisions météorologiques et l’évolution de la situation énergétique en Europe, explique RTE. Ce sont elles qui feront référence quant à l’évaluation du risque sur les mois de janvier et février.

   

valuation des risques de scurit d’approvisionnement en lectricit durant l’hiver 2021-2022, selon la nouvelle procdure d’analyse.
© RTE

 

   

Concernant donc ce dbut d’hiver2021, RTE reste confiant. Malgr un rebond du fait de la reprise conomique, la consommation lectrique nationale devrait rester, en moyenne, de 1 2% infrieure ce qu’elle tait en hiver (2019-2020) avant la crise sanitaire de la Covid-19. Les risques de tension pour le rseau restent ainsi relativement faibles. Les premiers risques de tension pourraient apparaître pour des températures inférieures aux normales de saison de l’ordre de 4 à 6C, ce qui semble toutefois peu probable à ce stade, les prévisions météorologiques à 45jours étant en effet proches des normales de saison, attestent les experts du rseau. Les niveaux induits de consommation devraient donc rester modérés.

Parc nuclaire partiellement indisponible

Quelques points de vigilance demeurent nanmoins pour les prochains mois, au vu de l’tat actuel de la situation. Du fait de la crise sanitaire, plusieurs visites dcennales de racteurs nuclaires ont t reportes cet hiver, les forant tre mis temporairement l’arrt. Elles s’ajoutent aux diverses oprations de maintenance qui peuvent ou non se prolonger. Au total, cinq quinze racteurs pourraient tre maintenus l’arrt durant l’hiver. Le niveau de disponibilit du parc nuclaire restera donc, comme l’an dernier, dans la fourchette basse des moyennes historiques. Le retour dans les temps de ces réacteurs sera particulièrement clé pour rapprocher le niveau de disponibilité du parc des minima observés historiquement sur le mois de janvier.

L’autre inquitude de RTE concerne les capacits d’import d’lectricit de la France, par rapport ses voisins. Le gestionnaire du rseau voque, en effet, la perte d’environ 50% de la capacit de l’interconnexion IFA1 (d’une capacit de deux gigawatts), entre la France et la Grande-Bretagne, depuis plusieurs semaines du fait d’un incendie ct anglais. La nouvelle interconnexion IFA2 (1 GW) reliant les deux pays devrait aider attnuer cette situation. Tout comme la liaison Savoie-Pimont avec l’Italie (1,2GW), rcemment mise en service de manire partielle avant de devenir pleinement oprationnelle l’hiver prochain.

Du reste, RTE compte sur la bonne disposition du parc thermique (bientt aide de la mise en service, le 1er fvrier 2022, de la centrale gaz de Landivisiau), du parc olien (dont le facteur de charge, estim 30%, est suprieur la moyenne annuelle) et de la capacit d’effacement, value cette anne 3,4GW.




Article publi le 22 novembre 2021



Notre Partenaire : Actu du jour

Source

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*